VOTE | 89 fans

Un nouveau jour

Créateur : Lee333 
Date de création : 11.10.2011 à 20h53

Message du créateur :
Le vrai titre: UN nouveau jour, une nouvelle vie, une nouvelle famille. (Episode centrer sur le personnage de Lee et sur un drame)

Cet épisode compte 5 paragraphes

Afficher l'épisode

(Alors qu’il est tard dans la nuit et que Lee dort seul dans son lit, son téléphone portable sonne. Il le prend et décroche, à moitié réveiller).

Lee Scanlon : Allison, vous ne dormez jamais ? Ah, je suis bête, c’est vrai que…

Un policier : Euh, excusez moi de vous déranger inspecteur Scanlon mais…

Lee Scanlon : Non, c’est moi qui suis désolé. (Dit-il en esquissant un sourire). Je vous ai pris pour quelqu’un d’autre. Alors, qu’est-ce qui se passe ?

Le même policier : Je, je suis désoler mais vous, vous feriez mieux de venir nous rejoindre.

Lee Scanlon : Pourquoi ?

Le même policier : Je, je ne peux pas vous le dire. (Lee s’assoit).

Lee Scanlon : Qu’est-ce qui se passe ?

Le même policier : Il faut que vous veniez.

Lee Scanlon : Pas avant que vous me disiez ce qui se passe ! (Sur les lieux ou se trouve le policier, Manuel interrompe la conversation).

Manuel Devalos : Passer le moi. (Le policier obéit et lui passe le téléphone). Lee.

Lee Scanlon : Mani, qu’est-ce qui se passe ?!

Manuel Devalos : C’est grave.

Lee Scanlon : Mais...

Manuel Devalos : Ecoute, appel le central, demande leur notre position et rejoint nous au plus vite. (Il raccroche).

Lee Scanlon : Mani ?...Mani ?! (Il n’entend plus que des bips au bout du fil. Il raccroche et s’habille au plus vite puis il monte dans sa voiture et roule à toute vitesse. Il reprend son téléphone et essaye de joindre Devalos). Répond, répond, répond…aller répond. (Dit-il nerveusement mais il raccroche au bout de quelques secondes, quand il voit que sa ne donne rien. Il finit par rejoindre ses collègues au bout de quelques minutes. Il roule plus doucement en voyant l’attroupement sur les lieux. Depuis sa voiture, il se rend compte qu’un véhicule est dans le fossé. Lee coupe le moteur, prend son téléphone et sort de voiture. Il compose un numéro, alors qu’il avance vers Manuel qui a la tête baisser, abattu). Bon, est-ce que tu va me dire enfin ce qui se passe ? (Son ami le regarde).

Manuel Devalos : Qui tu appel ?

Lee Scanlon : Allison. Peut-être quelle…

Manuel Devalos : Raccroche se téléphone.

Lee Scanlon : Pourquoi ?

Manuel Devalos : Fait ce que je te dis Lee ! Raccroche se téléphone !! (Soudain, la sonnerie du portable d’Allison retentie un peut plus loin dans l’herbe. Lee regarde autour de lui et au bout de quelques secondes, il a les larmes aux yeux. La sonnerie d’Allison retentie toujours, d’ailleurs, la messagerie vocale se fait entendre).

La voix d’Allison sur la messagerie vocale : Salut, c’est Allison ! Je ne suis pas là pour le moment mais vous pouvez laisser un message. (Dit-elle le sourire aux lèvres. Manuel arrive d’un pas déterminé vers Lee, lui prend son téléphone des mains et raccroche. Les deux hommes se regardent abattu, triste et perdu. Générique. Lee regarde la voiture d’Allison dans le ravin, il s’avance un peut mais il s’arrête).

Lee Scanlon :…Qu’est-ce qui c’est passé ? (Demande t-il la gorge nouée et dos à Manuel).

Manuel Devalos :…Ont l’ignorent…un automobiliste qui passait par là a vue la voiture dans le fossé et il nous a immédiatement appelé. Quand ont est arrivé sur les lieux… (Il baisse la tête). Il n’y avait plus rien à faire. (Lee a les mains posé sur les hanches). Maintenant je dois aller l’annoncer aux petites et je ne sais pas comment faire.

Lee Scanlon :…Je vais le faire. (Il finit par se retourner vers le procureur). Je vais leur dire.

Manuel Devalos : Tu es sûr ? Je peux très bien…

Lee Scanlon : J’ai dit que j’allais le faire. (Son ton montre que Manuel ne doit pas trop insister).

Manuel Devalos : Très bien. (Il part alors que Lee attend quelques secondes et finit par monter dans sa voiture. Il arrive devant la maison d’Allison, suivit de plusieurs voitures de police. Il leur fait signe de ne pas bouger et alors qu’il avance, les filles d’Allison son devant la fenêtre en train de regarder ce qui se passe. Elles ouvrent la porte, un peut inquiète. Lee avance doucement vers elles).

Ariel Dubois : Inspecteur Scanlon ? Qu’est-ce qui ce passe ?

Lee Scanlon : Je, je peux entrer ?

Ariel Dubois : Oui. (Dit-elle en faisant un geste de la main, qui l’invite à entrer. Il entre et elle referme la porte puis ils s’avancent dans le salon).

Bridgette Dubois : Si vous cherchez maman, elle n’est pas là.

Lee Scanlon : Je sais. (Dit-il la tête basse). Est-ce qu’ont, est-ce qu’ont peut s’asseoir ?

Bridgette Dubois : Faite comme chez vous. (Les filles s’assoient sur le canapé, tandis que Lee s’assoit sur un fauteuil).

Lee Scanlon :…Voilà euh, votre, votre mère a…a… (Ariel voit sa mère dans la cuisine. Elles se regardent toute les deux en ayant les larmes aux yeux. L’adolescente se lève soudainement). Ariel, assit toi s’il te plaît.

Ariel Dubois : Non !! (Il la regarde).

Bridgette Dubois : Pourquoi tu cris comme sa ?

Ariel Dubois : Je veux que vous partiez !! (Il ne bouge pas).

Bridgette Dubois : Mais arrête de criez.

Ariel Dubois : J’arrêterais de crier une fois qu’il sera partit ! (Elle se met à pleurer).

Marie Dubois : Pourquoi elle pleure ? (Demande t-elle à sa sœur Bridgette).

Bridgette Dubois : J’en sais rien.

Ariel Dubois : Est-ce que vous avez compris ?! Je veux que vous partiez !! (Pleure t-elle).

Lee Scanlon :…Je ne partirais pas. (Dit-il la tête basse).

Ariel Dubois :…Si c’est sa, je vais dans ma chambre. (Elle part se renfermée et claque la porte de sa chambre. Elle se jette sur son lit et pleure. Sa mère apparaît près d’elle).

Le fantôme d'Allison : Ariel. (Dit-elle pour essayée de la raisonnée).

Ariel Dubois : Tais toi. (Dit-elle la tête dans son oreiller).

Le fantôme d'Allison : Ariel, je vais avoir besoin de toi. Tu va devoir veiller sur tes sœurs…

Ariel Dubois : Ne me dis pas sa. (Elle la regarde). C’est à toi de veiller sur nous.

Le fantôme d'Allison :…Je ne peux pas.

Ariel Dubois : Il faut que tu revienne.

Le fantôme d'Allison :…Je ne peux pas. (Ariel pleure encore plus). Va t’occupée de tes sœurs. (La jeune fille obéit et sort de sa chambre au bout de quelques secondes. Elle avance doucement vers le salon, ou elle entend Lee qui essaye d’avouer la vérité aux deux petites).

Lee Scanlon : Ce que j’essaye de vous dire c’est que…que… (Il a la tête basse, il est en difficultés).

Ariel Dubois :…C’est que maman et papa ne reviendrons pas.

Lee Scanlon : Ce n’ai pas à toi de faire ça Ariel. (Ariel et lui se regardent).

Ariel Dubois : Je crois que si.

Marie Dubois :…Elle est où maman ? (Ariel s’avance, s’accroupit près de ses sœurs, leur tient les mains et leur avoue la vérité. Elles se mettent à pleurer sans s’arrêter. Elles finiront par s’endormirent au petit matin sur le canapé. Lee se réveille alors que le soleil est déjà haut dans le ciel. Il porte Ariel dans ses bras, là conduit dans sa chambre et la pose sur son lit. Mais celle-ci se met un peu à pleurer dans son sommeil).

Lee Scanlon : Chut. (Il lui caresse le front). Chut. (Elle se tourne et lui tient la main. Il réussit à la retirer et s’éclipse discrètement de la chambre. Il ferme la porte, se dirige aussitôt dans la salle de bain et pleure en mettant ses mains sur sa bouche. Le lendemain matin, alors qu’il se trouve dans la cuisine, il appel Manuel pour régler des papiers et l’enterrement).

Manuel Devalos : Non, ne t’inquiète pas pour sa. Je vais mettre l’un de mes avocats sur le coup et il s’occupera des papiers.

Lee Scanlon : Merci Mani.

Manuel Devalos :…Comment vont-elles ?

Lee Scanlon : Elles, elles sont courageuse, surtout Ariel…elle est même plus forte que moi.

Manuel Devalos :…J’ai appelé ton patron et je lui est expliquer la situation, il comprend que tu ne sois pas là et il est près à te donner des jours de congés.

Lee Scanlon :…Qu’est-ce qui va arriver aux filles ?

Manuel Devalos : Elles vont être confiées à une famille d’accueil.

Lee Scanlon : Est-ce quelles seront séparé ?

Manuel Devalos : C’est possible mais nous feront en sorte que sa n’arrive pas…mais je ne peux rien garantir. Mais peut-être que, que leurs parents ont stipulé quelque chose dans leur testament.

Lee Scalon : Ils avaient fait un testament ?! (Demande t-il surprit).

Manuel Devalos : Apparemment.

Lee Scalon :...Je n’ai même pas fait le mien. (Dit-il la tête basse).

Manuel Devalos : C’était des parents prévenants.

Lee Scalon :...Quand aura lieu l’enterrement ?

Manuel Devalos : Dans quelques jours. (Ariel avance timidement dans la cuisine).

Lee Scanlon : D’accord euh, je vais devoir te laisser. Ont se rappellera plus tard. (Ils raccrochent. L’adolescente sort des céréales et des bols des placards). Euh tu, tu veux que je te prépare quelque chose ?

Ariel Dubois : C’est moi qui est l’habitude de préparer le petit déjeuner pour mes sœurs. (Il acquiesce par des hochements de tête).

Lee Scanlon : Euh j’ai, j’ai téléphoné à la directrice de l’école et je…

Ariel Dubois : Vous lui avez dit ?!!

Lee Scanlon : Il le fallait.

Ariel Dubois : Maintenant tout le monde est au courant !! Tout le monde à l’école va nous regarder bizarrement !!

Lee Scanlon : Je croyais bien faire. (Dit-il la tête basse).

Ariel Dubois : Bravo, c’est réussit !...Vous auriez due me laisser faire.

Lee Scanlon : Je veux juste vous aidez.

Ariel Dubois : Vous voulez nous aidez ?! Alors laissez nous tranquille !

Lee Scanlon : Je ne peux pas vous laissez seul ici. (Allison est près de l’inspecteur).

Le fantôme d'Allison : Il a raison…et soit plus gentille avec lui. Il veut simplement vous aidez.

Ariel Dubois : Je retourne dans ma chambre. (Elle part, alors que Lee met sa tête dans ses mains. Quelques jours plus tard, l’enterrement a lieu. C’est Lee qui amène les filles au cimetière mais c’est Ariel qui prend soin de ses sœurs. Quelques heures plus tard, le groupe est de retour à la maison et c’est encore l’adolescente qui gère tout. Le soir, elle va border ses sœurs et elle s’occupe de Marie en premier).

Marie Dubois : Maman était contente ?

Ariel Dubois : Maman était très contente de voir que tu étais gentille.

Marie Dubois : Pourquoi je ne peux pas la voir ?

Ariel Dubois : Tu la verras si tu fais de beaux rêves. (Elle s’assoit à côté d’elle). Est-ce que tu voudrais aller à l’école demain ? (La petite Marie attend quelques secondes avant d’hochée la tête). Bien…maintenant il faut dormir. (Elle lui fait un bisou et se lève pour parler à Bridgette, qui est couchée au-dessus). Et toi ? Est-ce que tu veux aller à l’école demain ?

Bridgette Dubois : J’ai pas envie.

Ariel Dubois : Maman aimerait qu’ont y aillent. (Allison est dans la chambre, derrière Ariel).

Le fantôme d'Allison : Ariel ! Tu sais que c’est faux.

Bridgette Dubois : Bon, d’accord. (Dit-elle la tête basse).

Ariel Dubois : Bridgette, je dois compter sur toi…il va falloir qu’ont soient forte pour Marie. D’accord ? (Bridgette hoche timidement la tête). Maman vous dit bonne nuit.

Bridgette Dubois : Elle est là ?! (Ariel se retourne et regarde sa mère en esquissant un sourire).

Ariel Dubois : Oui, elle est là.

Bridgette Dubois : C’est pas juste…moi aussi je devrais la voir. (Leur mère est peinée).

Le fantôme d'Allison : Je suis désolée ma puce.

Ariel Dubois : Elle s’excuse.

Bridgette Dubois : Je sais que c’est pas de sa faute. (Dit-elle la tête basse puis Lee pousse doucement la porte de la chambre pour voir ce qui se passe).

Ariel Dubois : Aller, il est l’heure de se coucher. (Elle éteint la lumière et quitte la chambre. Puis elle va dans la sienne, Lee l’accompagne mais il reste sur le pas de la porte).

Lee Scanlon :…Bonne nuit. (Elle lui tourne le dos et ne répond rien. Il éteint la lumière et ferme la porte puis il part dormir sur le canapé. Mais Allison décide de rendre visite à Ariel).

Le fantôme d'Allison : Tu devrais être plus gentille avec lui.

Ariel Dubois : Pourquoi faire ? (Demande t-elle dos à elle).

Le fantôme d'Allison : Parce qu’il s’occupe de vous.

Ariel Dubois : Ont à pas besoin de lui et puis…il partira d’ici quelques jours, alors autant s’habituer.

Le fantôme d'Allison : Peut-être mais ton père et moi ont aimeraient que tu sois plus gentille avec lui.

Ariel Dubois :…Est-ce que je peux dormir maintenant ? (Dit-elle les larmes aux yeux, quelle ferme d’ailleurs. Mais elle les ouvre au bout de quelques secondes et sa mère est en face d’elle).

Le fantôme d'Allison : Je suis sérieuse Ariel.

Ariel Dubois : Et moi je suis fatiguée. (Elle comprend que sa mère n’a pas l’intention de partir). Je ferais un effort. (Allison finit par disparaître. Le lendemain matin, les filles déjeunent en silence mais Lee se réveille et regarde sa montre).

Lee Scanlon : Pourquoi vous ne m’avez pas réveillé ? Je vous aurai fait le petit déjeuner.

Ariel Dubois : Aller vous préparez. (Dit-elle à ses sœurs qui obéissent et partent dans leur chambre. Lee se lève du canapé).

Lee Scanlon : Se préparez pour quoi ? (Ariel prend les bols et fait des vas et viens à l’évier).

Ariel Dubois : Ont va à l’école.

Lee Scanlon : Quoi ?!...Vous êtes sûr de vouloir y aller ? Vous pouvez encore…

Ariel Dubois: Il faudra qu’ont reprennent les cours tôt ou tard, alors. (Elle commence à faire la vaisselle).

Lee Scanlon : Laisse, je vais m’en occuper, va te préparer. (Elle commence à y allée). Et c’est moi qui vous emmène. (Elle va s’habillée mais une fois quelles sont prêtes, le portable de Lee se met à sonner). Sa ne sera pas long. (Il décroche). Oui ? (Manuel est au bout du fil).

Manuel Devalos : Désoler de te déranger Lee mais il faudrait que tu vienne.

Lee Scanlon : Tout de suite ?

Manuel Devalos : Oui ont, ont va lire les testaments.

Lee Scanlon : Bon euh, j’arrive. (Il raccroche). Euh je…

Ariel Dubois : Vous ne pouvez pas nous emmenez ?

Lee Scanlon :…Non.

Ariel Dubois : De toute façon c’est pas grave, ont voulaient prendre le bus. (Elle ment).

Lee Scanlon : Je regrette.

Ariel Dubois : C’est rien, allez-y.

Marie Dubois : Moi j’aurais voulu monter dans la voiture. (Ariel entoure de ses bras ses deux sœurs. Lee s’accroupit en face de Marie).

Lee Scanlon : Tu montra dedans ce soir parce-que c’est moi qui viendrais vous cherchez. (Puis il se relève et regarde Ariel).

Ariel Dubois : Les fenêtres sont fermées et je fermerais la porte à clé.

Lee Scanlon :…A ce soir. (Dit-il timidement puis il part. Les filles vont à l’école et se prennent les mains en arrivant. Elles avancent ensemble, alors que tous les regards sont braqués sur elles. Lee arrive dans la salle de conférence du procureur Devalos). Manuel. (Dit-il en inclinant la tête pour le saluer alors que Manuel et un notaire sont déjà assis).

Manuel Devalos : Lee, c’est le notaire qui est chargé du dossier. (Les deux hommes se serrent la main et Lee s’assoit, en croisant ses mains sur la table).

Le notaire : Bien, nous allons commencez la lecture du testament mais sachez que vous êtes concerner tout les deux. (Lee et Manuel se regardent puis ils écoutent attentivement chaque ligne. Au bout de quelques minutes, le notaire lie les dernières phrases). Enfin, nous voulons que nos filles soit sous la garde de l’inspecteur Lee Scanlon. Nous savons qu’il prendra soin d’elles et que sa sera un excellent père. Mais il faut que le procureur Manuel Devalos l’aide dans cette démarche. Nous sommes parfaitement conscients de la décision que nous venons de prendre.

Lee Scanlon :…C’est tout ?

Le notaire : Oui…est-ce que vous avez compris ce qu’ils souhaitent ?

Lee Scanlon : Je, j’en suis pas très sûr. (Il a compris mais c’est un tel choc qu’il a dû mal à y croire).

Le notaire : C’est pourtant clair, vous allez…

Manuel Devalos : Si vous permettez, j’aimerais parler seul à seul à mon client.

Lee Scanlon : Ton client ?! (Demande t-il étonner à son ami).

Le notaire : Entendu. (Il se lève et quitte la pièce quelques instants).

Lee Scanlon : Qu’est-ce qui se passe Mani ?

Manuel Devalos :…C’est, c’est toi qui as obtenue leur garde. Tu seras leur tuteur légal…c’est toi qui leur fera à manger, qui ira les chercher à l’école, qui… (Lee se lève soudainement et marche vers le fond de la pièce. Manuel se lève au bout de quelques secondes et le rejoint). Lee.

Lee Scanlon : Tu me demande d’être leur père ! (Dit-il sèchement et dos a lui).

Manuel Devalos : Mais c’est ce que tu seras. (Lee secoue la tête et il se retourne).

Lee Scanlon : Ils, ils ont dues se tromper. (Manuel secoue également la tête). Si, ils ont sûrement due faire une erreur.

Manuel Devalos : Il n’y a pas d’erreur.

Lee Scanlon : Mais…

Manuel Devalos : Leur décision était prise.

Lee Scanlon :…J’ai le droit de refuser ? (Demande t-il la tête basse).

Manuel Devalos :…Oui. (Lee relève aussitôt la tête). Mais comme c’était leur souhait, le juge te posera la question en premier.

Lee Scanlon : Quelle question ?

Manuel Devalos :…Si tu accepte oui ou non la garde des filles.

Lee Scanlon : Je refuse.

Manuel Devalos : Lee. (Dit-il pour essayer de le raisonner).

Lee Scanlon : Non Mani !...Ma décision est prise…sa vaut mieux pour elles. (Il quitte la pièce. Quelques heures plus tard, Manuel se rend dans un bar et discute avec le barman).

Manuel Devalos : Bonjour euh, on ma appeler pour venir chercher l’un de mes amis…


Lee333  (11.10.2011 à 21:04)

Le barman : Oui. C’est moi qui vous ai appelé. Comme j’ai vu qu’il ne s’arrêtait pas de boire et qu’il n’était pas en état de prendre le volant, j’ai pris son portable et j’ai appelé la première personne que j’ai trouvé. J’espère que j’ai bien fait ? (Manuel acquiesce par quelques hochements de tête).

Manuel Devalos : Où est-il ?

Le barman : Là-bas. (Dit-il en montrant Lee du doigt. Celui-ci est presque affalé sur une table. Manuel aide son ami à se lever et celui-ci ne fait pas de scandale, il se laisse faire. Devalos le met dans sa voiture).

Manuel Devalos : Est-ce que tu es allé chercher les filles à l’école ?

Lee Scanlon :…Je, je crois que non. (Dit-il émécher).

Manuel Devalos : C’est pas vrai. (Dit-il en secouant la tête).

Lee Scanlon : Il est pas trop tard, ont peut toujours aller les chercher.

Manuel Devalos : Elles attendent depuis 20 minutes !...Et il est hors de question quelles te voient dans cet état. (Il démarre le véhicule et roule. Puis c’est seul qu’il va chercher les filles à l’école. Celles-ci sont assissent sur des marches, devant le bâtiment scolaire mais elles se lèvent en voyant le procureur).

Bridgette Dubois : Où est l’inspecteur Scanlon ? (Demande t-elle à Manuel).

Manuel Devalos : Il travail et il s’excuse de ne pas pouvoir être là mais il ma demander de venir vous cherchez et de veillez sur vous cette nuit. (Il ment). Aller monter. (Elles obéissent et Manuel s’occupera d’elles. Le lendemain matin, c’est lui qui les conduira à l’école. Puis il rentre chez lui et va dans sa chambre ou Lee est en train de dormir. Il lui lance un verre d’eau à la figure pour le réveiller et sa marche. Celui-ci se réveille en sursaut).

Lee Scanlon : Tu es fou où quoi ?!

Manuel Devalos : Tais toi !! (Il soupire). Tu n’ai pas le seul à avoir perdu une amie mais elle te faisais assez confiance pour te confier ses filles et voilà comment tu les traites !!...Elle te faisait confiance et les petites compte sur toi, alors ressaisi toi ! (Dit-il nerveusement). Elles ont besoin de toi, elles ont besoin de nous…ont est leur seul famille…elles n’ont pas craqué et c’est certainement pas à nous de le faire, alors change de comportement ! (Dit-il en tournant en rond dans la pièce puis il s’arrête). J’ai conduit les filles à l’école et je leur est dit que tu étais sur une enquête et que c’était pour cette raison que tu ne pouvais être près d’elle, autrement dit je t’ai couvert !!

Lee Scanlon :…Merci. (Manuel le regarde). Merci de m’avoir hébergé chez toi. Merci de t’être occupé d’elles et de m’avoir couvert.

Manuel Devalos :…Ecoute, je peux comprendre que cette nouvelle t’es perturbé mais nous sommes leur dernier espoir.

Lee Scanlon : Oui mais je…je ne sais toujours pas si je vais accepter de m’en occuper. (Dit-il la tête basse).

Manuel Devalos : Tu as encore du temps pour réfléchir, l’audience est dans quelques jours mais réfléchit bien…lorsque ta décision sera prise, tu ne pourras plus faire marche arrière. (Quelques jours plus tard, Ariel a convié Manuel et Lee dans la salle de conférence du procureur. La jeune fille s’assoit en face des deux hommes).

Arie Dubois : Il fallait que je vous parle, surtout à vous monsieur Devalos.

Manuel Devalos : Tu sais bien que tu peux tout nous dire…je t’écoute.

Ariel Dubois :…A vrai dire, j’ai plus une question à vous posez…voilà, je me suis renseignée sur Internet et je, je voulais savoir si, si je fais une demande d’émancipation, est-ce que sa pourrait marcher ?

Manuel Devalos : Et bien, je pense que oui mais…

Arie Dubois : Alors je vais le faire.

Manuel Devalos : Est-ce que tu es sûr ? C’est une énorme responsabilité et…

Arie Dubois : Je sais. (Allison apparait derrière les deux hommes).

Le fantôme d’Allison : Tu ne peux pas faire ça ?

Arie Dubois : Mais c’est ce que je veux. (Dit-elle doucement).

Le fantôme d’Allison : Ariel. (Dit-elle pour essayer de la raisonnée).

Manuel Devalos : Si c’est ta décision, je là respect mais nous allons devoir en discuter. (Il parle d’elle et lui).

Arie Dubois : Je sais mais est-ce qu’ont pourraient en parler plus tard ? J’ai un cours dans quelques minutes.

Manuel Devalos : Bien sûr.

Le fantôme d’Allison : Non ! (Ariel se lève et part). Reviens ici Ariel !

Lee Scanlon : Qu’est-ce que c’est une, une… (Il cherche le mot).

Manuel Devalos : Une demande d’émancipation ? (Lee acquiesce par un hochement de tête). C’est un papier officiel qui fera d’Ariel une adulte.

Lee Scanlon : Pourquoi faire ?!

Manuel Devalos :…Je crois quelle va demander la garde de ses sœurs.

Lee Scanlon : Elle peut faire sa ?!

Manuel Devalos : Elle en a le droit.

Lee Scanlon : Mais si elle demande leur garde, le juge va refuser.

Manuel Devalos : C’est possible.

Lee Scanlon : Attend, ne me dit pas qu’il pourrait accepter de donner les petites à une gamine de 15 ans ?!

Manuel Devalos : Si elle suit les conditions à la lettre, alors elle a toutes les chances.

Lee Scanlon : Et c’est quoi ces conditions ?

Manuel Devalos : Premièrement, elle devra trouver un travail pour subvenir à leur besoin. C’est primordial.

Le fantôme d’Allison : Vous ne pouvez pas laisser faire sa !

Lee Scanlon : C’est tellement absurde c’est, c’est une gamine.

Manuel Devalos : Alors accepte de t’en occuper. (Lee baisse la tête et la secoue).

Lee Scanlon : Je ne sais pas.

Le fantôme d’Allison : J’ai confiance en vous…ne me laisser pas tomber. Ne laisser pas tomber mes filles. (Dit-elle la voix tremblante de larme). Je vous en prie, je vous en prie, je vous prie… (Répète t-elle en espérant que quelqu’un l’entende).

Lee Scanlon :…Je vais le faire.

Manuel Devalos : Tu en es sûr ?

Lee Scanlon :...Oui

Le fantôme d’Allison : Merci. (Soupire t-elle de soulagement).

Manuel Devalos : Bien. Il va falloir préparer notre défense, je veux tout savoir de ton passer, de tes... (Et les deux hommes discutent avec enthousiasme. Le procès à lieu quelques jours plus tard. Les petites sont dans la salle d’audience et écoute attentivement les débats).

Le juge : Inspecteur Scanlon, êtes vous prêt à exaucer les dernières volontés des Dubois ?

Lee Scanlon : Oui monsieur le juge, je suis prêt.

Le juge : Dans ce cas, je ne vois aucun inconvénient à vous laisser la garde des filles Dubois…vous serez soumis a un test toxicologique tout les mois et une assistante social viendra vous voir régulièrement. Je vous accorde la garde pour une durée de 4 mois, si tout se passe bien lors de cette période, vous obtiendrez la garde exclusive. (Il tape du maillet sur la table. Ariel regarde Lee avec rancœur et il la bien compris. Il a pris la place quelle convoitait et sa elle ne l’accepte pas. En sortant de la salle, Lee va voir les filles qui sont entouré par les bras d’Ariel).

Lee Scanlon : Vous verrez, ça se passera bien.

Bridgette Dubois : Vous allez habiter chez nous ?

Lee Scanlon : Seulement si vous le voulez.

Bridgette Dubois : Sa serait mieux…hein Ariel ? (Demande t-elle en levant la tête pour regarder sa sœur).

Ariel Dubois : Oui, elle a raison.

Lee Scanlon : Bon d’accord, ont fera comme sa alors. (Manuel arrive derrière lui en souriant).

Manuel Devalos : Félicitation Lee. (Les deux hommes se sourient et se serre la main).

Lee Scanlon : Merci Mani…dit, tu veux bien emmener les petites manger une glace ? Il faut que je discute un instant avec Ariel.

Manuel Devalos : Bien sûr, vous venez les filles ? (Demande t-il en tendant la main. Marie met sa main dans celle du procureur et Bridgette fait de même). Alors, quel parfum vous voulez ? (Ils partent, alors que les deux petites se chamaillent pour savoir qui prend quoi. Pendant ce temps, Ariel croise les bras devant Lee).

Lee Scanlon :…Je ne suis pas ton ennemi Ariel, j’espère que tu le sais.

Ariel Dubois : Alors pourquoi vous ne m’avez pas laissé faire ?

Lee Scanlon : Je ne pouvais pas. (Dit-il la tête basse, alors quelle tourne la sienne). Un jour, tu comprendras.

Ariel Dubois : Et vous, vous comprenez que votre vie ne sera plus jamais la même ?!

Lee Scanlon : Mais je l’espère bien. (Sourit-il puis Ariel voit sa mère en face d’elle. Celle-ci sourit en ayant les mains près de sa bouche). Tu viens ? (Lee essaye de faire au mieux pour sa nouvelle famille. Il déménage et s’installe dans la maison des Dubois pour être au plus près des filles mais il ne dort pas dans la chambre des parents. Il préfère s’installer sur le canapé et même s’il fait des efforts pour s’adapter, Ariel n’en fait pas. Une nuit, Marie se met à pleurer alors que Bridgette dort dans la même chambre quelle. Lee va la voir). Qu’est-ce qu’il y a ma chérie ?

Marie Dubois : Maman.

Lee Scanlon : Je sais quelle te manque. (La petite pleure). Chut, chut, chut. (Ariel est sur le pas de la porte et voyant que Lee n’arrive pas à la calmée, elle décide d’intervenir. Elle s’avance vers sa sœur).

Ariel Dubois : Tu veux dormir avec moi ? (Marie hoche doucement la tête). Allez viens. (Elle porte sa sœur dans ses bras).

Lee Scanlon : Tu veux que je m’en occupe ?

Ariel Dubois : Non merci, sa va allée. (Puis elles partent dans la chambre de l’aînée. Lee reste sur place, en se sentant impuissant. Le lendemain matin, Bridgette est déjà debout lorsque Lee se réveille).

Lee Scanlon : Bonjour.

Bridgette Dubois :…Bonjour. (Il se lève et lui prépare le petit déjeuner puis il lui donne). Merci. (Sourit-elle puis il esquisse également un sourire).

Lee Scanlon : Tes soeurs ne se lèvent pas ?

Bridgette Dubois : J’en sais rien.

Lee Scanlon : Je vais aller les chercher. Continu de mangée. (Il part et ouvre doucement la porte de la chambre d’Ariel. Les deux filles dorment l’une contre l’autre. Lee secoue Marie et lorsqu’elle se réveille, il lui demande de faire doucement). Chut…va prendre ton petit déjeuner. (Elle obéit puis il secoue Ariel qui se réveille). Sa va ?

Ariel Dubois :…Oui.

Lee Scanlon : Tu as une petite mine.

Ariel Dubois : Marie a eu du mal à s’endormir.

Lee Scanlon : Tu peux rester là si tu veux comme sa tu pourras te reposée.

Ariel Dubois : J’ai un devoir à rendre. (Elle se lève).

Lee Scanlon : Si je te l’ai proposée, c’est pour t’aider.

Ariel Dubois : Je sais. (Elle part rejoindre ses sœurs dans la cuisine. Puis Lee s’arrête devant l’école, quelques minutes plus tard).

Bridgette Dubois : A ce soir.

Lee Scanlon : Euh, si vous avez un problème ou quelque chose, appelez moi d’accord ?

Bridgette Dubois : D’accord. (Dit-elle, alors quelle est à l’arrière du véhicule avec sa petite sœur).

Lee Scanlon : A ce soir. (Dit-il en regardant Ariel).

Ariel Dubois : A ce soir. (Toute la troupe descend et Lee part. Une fois à son bureau au poste de police, il est pensif assis sur sa chaise. Mais son supérieur l’interpelle).

Son supérieur : Scanlon. (Celui-ci le regarde). Dans mon bureau. (Il se lève et obéit). Asseyez vous. (Ce qu’il fait puis son patron fait la même chose). Je sais que ce n’ai pas facile pour vous en ce moment mais j’aimerais vous confier une nouvelle mission. (Il lui donne un dossier. Lee l’ouvre, à l’intérieur il y a plusieurs pages et sur l’une d’entre elle, il y a la photo d’une jeune femme).

Lee Scanlon : Qui es-ce ?

Son supérieur : C’est Cassidy Milton...notre nouvelle recrue. (Lee croit avoir compris).

Lee Scanlon : Qu’est-ce que vous voulez que je fasse au juste ?

Son supérieur : Devinez ?

Lee Scanlon : Vous voulez que je joue les baby-sitter, c’est sa ?

Son supérieur : Gagner.

Lee Scanlon : C’est hors de question. (Dit-il en se levant).

Son supérieur : Je ne crois pas vous avoir dit que vous pouviez vous levez, alors asseyez vous. (Lee ne bouge pas). Assis. (Il finit par obéir). Ecouter, je sais ce que vous ressentez…j’ai perdu l’un de mes collègues, il y a quelques années et mon supérieur a eu la même idée que moi. Je l’ai haïe mais aujourd’hui je comprends mieux ce qu’il a essayé de faire. Vous croyez être capable de reprendre le travail mais vous vous trompez.

Lee Scanlon : Je sais que je suis prêt.

Son supérieur : Foutaise.

Lee Scanlon : Je le sais.

Son supérieur : Foutaise !...Si quelqu’un nous appel pour un accident de voiture, qu’est-ce que vous ferez ?

Lee Scanlon : J’irais sur les lieux et je…

Son supérieur : Vous resterez dans votre véhicule avec la peur au ventre !...Et vous ne bougerez pas de là jusqu’à ce que la nuit tombe ! Vous n’êtes pas prêt. (Lee baisse la tête, il sait que son patron a raison mais il a dû mal à l’admettre). Cette fille est aussi traumatisée que vous, si sa peut vous rassurez.

Lee Scanlon : Comment sa ?

Son supérieur : Elle, elle a été blessée lors d’une intervention…elle effectuait une patrouille de nuit avec son équipe quand ils ont arrêté un véhicule suspect…ils n’ont même pas eu le temps de descendre. Les gars sont immédiatement sortis et ils ont tiré avec des armes automatiques. Elle a été blessée à l’abdomen, un de ses collègues a été touchée au bras et un autre est dans le coma…elle a demandée à être mutée et elle a atterrit ici. (Lee baisse à nouveau la tête). Alors vous allez vous occupée d’elle…vous n’aurez pas besoin de lui tenir la main, elle a eu d’excellente note et elle connaît les ficelles du métier mais vous avez le même point commun tout les deux.

Lee Scanlon :…Lequel ?

Son supérieur : Vous ne devrez plus faire équipe seul avec ce qui vous est arrivé. (Lee acquiesce par quelques hochements de tête et quitte la pièce. Quand il arrive à son bureau, la jeune femme est déjà là).

Cassidy : Bonjour, je suis… (Dit-elle en lui tendant la main).

Lee Scanlon : Cassidy Milton, notre nouvelle recrue. Je sais qui vous êtes. (Il s’assoit dans son fauteuil, sans lui serrer la main). Je suppose qu’ont vous a aussi parler de moi ?

Cassidy : Un peut.

Lee Scanlon : Asseyez vous. (Ce quelle fait). Alors, qu’est-ce que vous voulez faire ?

Cassidy :…Ce que vous voulez.

Lee Scanlon : Allez venez. (Ils prennent la route et s’arrêtent à un café). Désoler mais je, je n’ai pas vraiment envie de travailler.

Cassidy :…Moi non plus. (Dit-elle la tête basse). Mais c’est pas pour autant qu’il faut me ménager.

Lee Scanlon : Pareil pour moi.

Cassidy :…Et je ne veux pas non plus que vous me teniez la main.

Lee Scanlon : Ce n’était pas mon intention…sachez que je ne veux pas qu’ont me tienne la main moi non plus.

Cassidy : Dans ce cas nous sommes partenaire. (Dit-elle en esquissant un sourire).

Lee Scanlon : Partenaire. (Son portable se met à sonner. Il décroche). Allo ?...D’accord je, je viens tout de suite. Merci de m’avoir prévenu. (Il raccroche). Désoler mais je dois y aller. (Il se lève et part. Puis il se rend à l’infirmerie de l’école. Ariel et la directrice l’attendent dans le bureau de celle-ci, ou il les rejoint). Bonjour.

La directrice : Bonjour. (Ils se serrent la main). Ariel, tu peux nous attendre dehors ? (La jeune fille va dans le couloir et referme la porte du bureau derrière elle).

Lee Scanlon : Qu’est-ce qui c’est passé ?

La directrice : Elle c’est endormie en cours.

Lee Scanlon : Oui, c’est parce-que, elle, elle a dormie avec sa sœur cette nuit et elles ont eu du mal à s’endormir alors je… (Dit-il doucement).

La directrice : Je vais être obligé de le signaler à l’assistante sociale. (Il la regarde aussitôt).

Lee Scanlon : Vous n’êtes pas sérieuse ?

La directrice : Je dois signaler tout les comportements suspects, vous le savez bien.

Lee Scanlon : Suspect ?! Elle, elle c’est endormi pendant un cours, je ne vois pas ce qu’il y a de suspect ?

La directrice : Je dois le signaler.

Lee Scanlon : Mais je suis sûr que d’autres enfants ont déjà dormie en classe, moi aussi sa met arriver.

La directrice : Je regrette monsieur Scanlon mais je n’ai pas le choix. (Il reste sans bouger pendant quelques secondes puis il acquiesce par des hochements de tête).

Lee Scanlon : Très bien, faite ce que vous voulez. (Dit-il en ouvrant la porte du bureau).

La directrice : Je regrette monsieur Scanlon. (Lee est près d’Ariel puis il regarde la directrice). Allez viens Ariel, ont s’en va. (Ils partent et ils finissent par arriver à la maison. Une fois à l’intérieur, Lee s’énerve).

Lee Scanlon : Est-ce que je peux savoir ce qui c’est passé ?!

Ariel Dubois : Je me suis endormie en cours. (Elle part dans sa chambre).

Lee Scanlon : C’est sa, vas-y, prend la fuite. (Il la suit jusque dans sa chambre). C’est tout ce que tu sais faire de toute façon ! (Elle s’assoit sur son lit). Je t’ai proposé de rester ce matin mais tu n’as pas voulue m’écouter…dorénavant je ne te demanderais plus la permission. Si je juge que tu dois rester ici, tu resteras.

Ariel Dubois : Quoi ?! (Demande t-elle en se retournant vers lui).

Lee Scanlon : Je suis responsable de toi, alors sa sera comme sa et pas autrement !

Ariel Dubois : Si vous aviez fait votre boulot hier soir, peut-être que j’aurais mieux dormie et vous le savez !

Lee Scanlon : Sa suffi !

Ariel Dubois : Vous savez que j’ai raison !


Lee333  (11.10.2011 à 21:39)

Lee Scanlon : Tu va me parler sur un autre ton ! (Elle se lève et se met en face de lui).

Ariel Dubois : Sinon quoi ?! (Il ne veut pas répondre et d’ailleurs, il ne serait pas quoi dire). Vous êtes peut-être responsable de nous mais vous ne remplacerez jamais mon père !...Sortez d’ici. (Il veut dire quelque chose). Dehors !! (Il obéit et elle claque la porte de sa chambre. Lee est derrière la porte, dans le couloir).

Lee Scanlon :…Je n’ai jamais dit que je remplacerais ton père…de toute façon je ne pourrais pas. Il était bien trop...mais laisse moi t’aider. (Allison est près de sa fille).

Le fantôme d’Allison : Je croyais t’avoir demandée de faire un effort.

Ariel Dubois : Laisse moi tranquille ! (Dit-elle la gorge nouée, Lee n’insiste pas et part dans le salon).

Le fantôme d’Allison : Est-ce que tu te rends compte qu’il a laissé son travail pour venir te cherchée ? Pourquoi tu es comme sa avec lui ? (Ariel met ses écouteurs et écoute sa musique). Ariel…Ariel ! (Celle-ci se met les mains sur les oreilles pour ne pas l’entendre, alors quelle a les larmes aux yeux. Quelques heures plus tard, Lee pousse discrètement la porte de la chambre et il découvre la jeune fille en train de dormir. Il esquisse un sourire en là voyant mais il finit par détourner le regard et avoir les larmes aux yeux). Vous vous en sortez bien Lee mais vous devez vous accrochez…il faut y croire. Ne perdez pas espoir. (Dit-elle au creux de son oreille. A plus les jours passent et a plus Ariel change. Ses notes chutes et son style vestimentaire est des plus sombres. D’ailleurs, la directrice appel Lee de nouveau, alors qu’il est au travail au côté de Cassidy. Il raccroche).

Cassidy : Qu’est-ce qui se passe ?

Lee Scanlon : Je, je dois... 

Cassidy : Laisse moi deviner, tu dois te sauver ?

Lee Scanlon : Ouais.

Cassidy : Et ben vas-y. (Elle baisse la tête).

Lee Scanlon : Quoi ?

Cassidy : Je savais que j’étais un fard d’eau mais à ce point là.

Lee Scanlon : Quoi ?!

Cassidy : Je sais que tu ne veux pas jouer les baby-sitters et je croyais qu’ont étaient clair là-dessus.

Lee Scanlon : Mais ont l’étaient.

Cassidy : Arrête…je sais très bien que tu ne veux pas d’un partenaire mais ne t’inquiète pas, le message est passé.

Lee Scanlon : Ecoute, crois ce que tu veux. J’ai autre chose à faire. (Il s’éloigne).

Cassidy : Mais comment je pourrais savoir ce que tu pense ?! Tu ne me parle jamais ! (Il est déjà loin. Quelques minutes plus tard, il est dans le bureau de la directrice de l’école. Ariel attend dans le couloir).

Lee Scanlon : Qu’est-ce quelle a fait cette fois ? (Demande t-il assit).

La directrice : Elle a répondue à l’un de ses professeurs. (Il soupire). Monsieur Scanlon, Ariel a changé de look vestimentaire, ses notes ont chuté et elle répond à ses professeurs.

Lee Scanlon : Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Que ses parents sont morts…il me semble que vous êtes au courant…écouté, je sais quelle va mal…

La directrice : Vous devriez lui parler.

Lee Scanlon : Mais qu’est-ce que vous croyez ?! J’ai essayé mais elle refuse de me parler…et c’est pareil avec la psychologue. (Il frotte ses mains sur son visage). Vous allez le dire à l’assistante sociale ?

La directrice : Je n’ai pas le choix.

Lee Scanlon : Vous croyez que vous l’aider en faisant sa mais vous vous trompez…elle est déjà mal dans sa peau, alors imaginez ce quelle ressentira quand elle sera en foyer.

La directrice :…Je suis désoler mais je dois appliquer la loi. (Lee et Ariel partent. Une fois devant la maison, ils restent dans la voiture).

Lee Scanlon :…Qu’est-ce que tu attends de moi ? Que je te gronde ? Que je te punisse ?...Tu veux montrer à tout le monde que tu es en colère ? C’est réussi…mais si tu crois que tu va me faire baisser les bras, tu te trompe…je ne te lâcherais pas. (Elle sort de la voiture au bout de quelques secondes. Lee restera là sans bouger pendant quelques minutes. Le soir même, alors que tout le groupe est à la maison, Scanlon qui est dans le jardin, prend son téléphone et appel Devalos qui décroche).

Manuel Devalos : Allo ?

Lee Scanlon : C’est moi.

Manuel Devalos : Lee. (Sourit-il). Comment sa va ?

Lee Scanlon : Bien, bien…est-ce que tu pourrais garder les filles ce soir ?

Manuel Devalos : Pourquoi ?

Lee Scanlon : Je travail sur une affaire. (Il ment).

Manuel Devalos : Je croyais que tu n’avais plus le droit de travailler la nuit à cause des petites ?!...Le juge a été clair là-dessus à l’audience.

Lee Scanlon : Il faut que je sorte.

Manuel Devalos :…Je ne peux pas.

Lee Scanlon : Je t’en prie Mani, j’ai besoin de faire un tour.

Manuel Devalos : Lee. (Dit-il pour le raisonner).

Lee Scanlon : Ecoute, la directrice de l’école est sur mon dos, Ariel est sur mon dos, ma partenaire aussi, ainsi que l’assistance social, alors je n’ai vraiment pas besoin que tu t’y mette toi aussi…je t’en prie.

Manuel Devalos :…Bon d’accord.

Lee Scanlon : Merci.

Manuel Devalos : Mais c’est juste pour ce soir.

Lee Scanlon : Je te revaudrais sa. (Il raccroche et rentre dans la maison pour ce préparé).

Bridgette Dubois : Vous allez quelque part ?

Lee Scanlon : Oui euh, je dois travailler sur une affaire mais je vous jure que sa ne sera pas long. Et c’est juste pour ce soir.

Bridgette Dubois : Ont vous fait confiance. (Lee s’arrête en entendant cette phrase. Il se sent soudainement coupable de les laisser seuls. Mais quelqu’un sonne à la porte, Lee va ouvrir et c’est Manuel qu’il trouve en face de lui).

Lee Scanlon : Tu es déjà là ?

Manuel Devalos : J’étais dans le coin.

Lee Scanlon : Entre. (Ce qu’il fait, Bridgette et Marie sont dans le salon). Manuel va veiller sur vous en mon absence. (Il parle plus discrètement à son ami). Elles ont déjà mangées…Ariel est déjà dans sa chambre, elle ne t’embêtera pas puisque tu ne la verras pas.

Manuel Devalos : D’accord. (Marie vient près de Lee et lui prend la main. Il regarde la petite).

Marie Dubois : Tu m’emmène au lit ?

Lee Scanlon : Bien sûr. (Dit-il en esquissant un sourire). Tu veux venir avec nous Bridgette ?

Bridgette Dubois : Oui ! (Dit-elle enthousiaste).

Lee Scanlon : Aller venez. (Il les borde et sort de la chambre une fois son travail terminé. Lee pose sa main sur la poignée de la porte d’entrée mais Manuel lui attrape le bras).

Manuel Devalos : Ne rentre pas trop tard.

Lee Scanlon : D’accord. (Puis il part. Il se rend dans un bar et boit. Mais une heure plus tard, Cassidy qui vient d’entrer, la repérer. Elle se dirige vers lui).

Cassidy : Lee. (Sourit-elle).

Lee Scanlon : Bonsoir. (Il est déjà un peu émécher).

Cassidy : Quelle coïncidence. Tu fête quelque chose ? (Il sort un petit rire).

Lee Scanlon : Je fête le plus mauvais père de toute la terre. (Il boit un verre).

Cassidy : Je suppose que c’est le tiens ?

Lee Scanlon :…Ont peut dire sa. (Dit-il plus sérieusement avec une pointe de rancœur. En effet, son père le frappait quand il était enfant).

Cassidy : Tu as l’air en colère ?

Lee Scanlon : C’est parce-que je le suis. (Il boit encore). Tu te joins à moi ?

Cassidy : Pourquoi pas. (Elle s’assoit à ses côtés au comptoir).

Lee Scanlon : Qu’est-ce que je te serre ?

Cassidy : Euh, une bière. (Les deux collègues se sourient et discutent pendant la soirée, tout en buvant des verres. A plus les heures passent et à plus Lee s’enfonce dans l’alcool). Il commence à se faire tard, c’est l’heure de rentrer.

Lee Scanlon : Non.

Cassidy : Et si. (Elle se lève, alors qu’il boit un autre verre).

Lee Scanlon : Tu as raison, va retrouver ton mari.

Cassidy :...C’est ta façon de me demander si je suis seule ?

Lee Scanlon : Et alors ? Tu l’es ?

Cassidy : Oui...et je suppose que si tu me pose la question, c’est que tu l’es toi aussi ?

Lee Scanlon :...Pas vraiment non.

Cassidy : Alors qu’est-ce que tu fais là ? Rentre chez toi. (Il secoue la tête). Pourquoi ? (Demande t-elle presque en soupirant).

Lee Scanlon : C’est une longue histoire.

Cassidy : Explique moi. (Il finit son verre et se lève).

Lee Scanlon : Tu ferais mieux d’y aller.

Cassidy : Si tu le prends comme sa. (Elle sort de l’établissement et monte dans sa voiture. Mais Lee sort également et elle voit qu’il est désemparé. Elle sort de sa voiture et va vers lui. Elle lui prend le bras). Aller vient.

Lee Scanlon : Non, rentre chez toi.

Cassidy : Mais c’est ce que je fais.

Lee Scanlon : Je ne savais pas que tu étais amoureuse de moi ? (Sourit-il).

Cassidy : C’est ça, fait le malin. (Elle met le bras de celui-ci autour de son cou). En attendant, je suis en train de te sauver la vie. (Elle le met dans sa voiture et rentre chez elle. Lee reste sur le pas de la porte de la maison de Cassidy). Je suppose que tu ne veux toujours pas me dire ce qui t’arrive ? (Elle pose ses clés sur un meuble et met son manteau sur une chaise). Très bien, tu refuse de…

Lee Scanlon : Je suis père. (Elle s’arrête et le regarde sans dire un mot). C’est bien la première fois que je le dit à voix haute, sa me fait tout drôle. (Dit-il en esquissant un sourire).

Cassidy : Mais je…

Lee Scanlon : Leur mère qui était une de mes amies, a eu l’excellente idée, de mettre mon nom sur son testament pour m’occuper de ses trois filles, au cas ou elle mourrait.

Cassidy :…Et comme elle est morte…

Lee Scanlon : Je me retrouve papa du jour au lendemain. (Il esquisse un sourire). Voilà, tu sais tout. (Elle est un peut triste pour lui). Il faut que je rentre.

Cassidy : Non tu va rester ici.

Lee Scanlon : Non, je dois…

Cassidy : Lee…tu ne va pas rentrer chez toi dans cet état là ?...Si ? (Elle le regarde et elle sait que ce n’ai pas ce qu’il veut). Aller vient, je t’offre un café. (Dit-elle en esquissant un sourire. Puis ils rentrent et Lee lui racontera toute l’histoire).

Lee Scanlon : Ariel est de plus en plus difficile, je sais quelle souffre mais je, je ne sais pas comment l’aider. (Ils sont assis l’un à côté de l’autre sur le canapé).

Cassidy : Elle a juste besoin que tu sois là,  que tu sois présente pour elle et ses sœurs, croit moi.

Lee Scanlon :…Il m’arrive de vouloir baisser les bras et de partir le plus loin possible.

Cassidy : C’est normal.

Lee Scanlon : Non…je, je ne devrais pas penser à sa.

Cassidy : Arrête, tu es trop dur avec toi-même.

Lee Scanlon : Mais je sais que je devrais faire plus.

Cassidy : Est-ce que tu te rends compte que peut de gens auraient accepté cette décision, tu en es conscient ?

Lee Scanlon :…J’ai failli refuser. (Dit-il la tête basse). J’ai vraiment failli. (Elle pose sa main sur le visage de celui-ci et lui relève la tête).

Cassidy : Oui mais tu a accepter…moi je ne sais pas si j’aurais pu. (Il la regarde d’une drôle de manière). Je t’assure…il faut beaucoup de courage pour faire sa.

Lee Scanlon : Je sais que tu en a.

Cassidy : Comment tu fais pour tenir encore debout ? (Il esquisse un sourire).

Lee Scanlon : Les deux dernières sont adorables avec moi…elles me font sourire…et puis j’ai une partenaire qui m’écoute et qui me comprends. (Ils se regardent). Aller, je ferais mieux de rentrer. (Il se lève et elle aussi). Merci.

Cassidy : Pourquoi ?

Lee Scanlon : Pour le café, pour m’avoir emmené ici et pour m’avoir laissé raconter ma vie.

Cassidy : De rien. (Dit-elle en esquissant un sourire puis elle le raccompagne à la porte).

Lee Scanlon : Encore merci. (Il est sur le point de partir).

Cassidy :...Lee.

Lee Scanlon : Oui ? (Elle s’approche de lui et l’embrasse).

Cassidy : Prend soin de toi.

Lee Scanlon : Toi aussi. (Il finit par rentrer à la maison. Quelques jours plus tard, Ariel rentre enthousiaste après l’école. Et le soir au dîner, elle fait part d’une suggestion).

Ariel Dubois :…J’ai eu une idée et j’aimerais vous en parlez. (Dit-elle en regardant Lee).

Lee Scanlon : Je t’écoute. (Dit-il en train de manger).

Bridgette Dubois : Nous aussi.

Ariel Dubois : Voilà, il y a certains élèves à l’école qui ont créé un groupe de rock et je, j’aimerais travailler avec eux.

Lee Scanlon : Je ne savais pas que tu jouais d’un instrument ?! (Demande t-il étonner).

Ariel Dubois : À vrai dire j’en joue pas. (Il la regarde d’une drôle de manière). Non moi je, je chante.

Lee Scanlon : C’est génial.

Ariel Dubois : Ah oui ? (Demande t-elle timidement).

Lee Scanlon : Oui, tu as trouvé quelque chose qui te plaît et je suis content pour toi. (Elle sourit). Mais si je dis oui, il va falloir que tu change…tu va rattrapée ton retard en classe et essayer d’avoir de meilleure note.

Ariel Dubois : Je ferais ce que vous voudrez. (Sourit-elle).

Lee Scanlon : Très bien, alors j’attends de voir.

Ariel Dubois : Quoi ?!

Lee Scanlon : Je te laisserais aller dans ton groupe mais je veux d’abord voir si tu es prête à tout avant de t’engager.

Ariel Dubois : Mais vous avez ma parole.

Lee Scanlon : Désolé mais ta parole ne me suffis plus aujourd’hui…je n’ai pas oublié que tu ma déjà menti.

Ariel Dubois : Je sais. (Dit-elle la tête basse). Et je m’en excuse. (Il est surpris d’entendre sa. Il incline la tête et le repas reprend. Ariel fait des efforts à l’école et ses notes remontent. Quelques semaines plus tard, Lee a une annonce à faire à la famille, lors d’un après-midi. Les filles sont assises sur le canapé).

Lee Scanlon : Tout le monde est là ? (Demande t-il en souriant).

Bridgette et Marie Dubois : Oui ! (Sourient-elles).

Lee Scanlon : Dans ce cas, j’ai une annonce à faire !...Comme Ariel a fait des efforts en cours, elle va pouvoir intégrer son groupe ! (Dit-il enthousiaste).

Ariel Dubois : C’est vrai ?! (Demande t-elle en se levant et en souriant).

Lee Scanlon : Tu as tenue ta promesse, à moi de tenir la mienne…tu vois, c’est simple.

Ariel Dubois : Merci ! (Dit-elle enthousiaste). Merci, merci, merci ! (Il ouvre ses bras, en pensant quelle va se jeter dedans mais elle ne le fait pas). Merci.

Lee Scanlon : Je t’en prie. (Dit-il plus sérieusement). Et si ont allaient fêter sa ?

Les filles : Ouais !! (Quelques minutes plus tard, il les conduit dans un parc d’attraction. Il regarde les filles en train de rire et de s’amuser, un peu plus loin. Il finit par appeler Cassidy).

Cassidy : Allo ?

Lee Scanlon : C’est moi.

Cassidy : Lee. (Sourit-elle). Je n’avais plus de nouvelle.

Lee Scanlon : Je sais, j’aurais dû appeler mais j’ai été très pris.

Cassidy : Je comprends mais je suis contente que tu m’es enfin appelé.

Lee Scanlon : Tu es occupé ?

Cassidy : Tu es où ? (Ils esquissent un sourire et elle le rejoint au bout de quelques minutes. Quand elle arrive vers lui, il fait signe pour quelle soit discrète et elle l’ai. Elle s’approche de lui, alors que les filles sont plus loin). Salut. (Dit-elle en esquissant un sourire).

Lee Scanlon : Salut. (Ils échangent des regards et s’accoudent à une barrière, leurs mains se frôlent).

Cassidy : Je croyais que tu ne m’appelais plus à cause de ce qui c’était passé l’autre soir.

Lee Scanlon : Qu’est-ce qui c’est passer l’autre soir ? (Elle voit qu’il la taquine). Je suis content que tu sois là.

Cassidy : Moi aussi je suis contente de te voir...alors, où sont-elles ? (Il lui montre les filles du doigt).

Lee Scanlon : Là-bas.

Cassidy : Elles sont mignonnes. (Sourit-elle).

Lee Scanlon : Oui, elles le sont. (Dit-il en hochant la tête).

Cassidy : Et, comment ça avance avec Ariel ?

Lee Scanlon : Ont avancent doucement mais tu, tu aurais due la voir tout à l’heure, elle était si…contente. (Sourit-il).

Cassidy : J’en connais un autre qui est content.

Lee Scanlon : Quand elles sourient c’est comme... (Il cherche ses mots).

Cassidy :...Une victoire.

Lee Scanlon : Ouais.

Cassidy : Tu as l’air heureux, c’est bien.

Lee Scanlon : Oui mais je tenais à m’excuser, je ne suis pas très présent pour nous en ce moment...

Cassidy : Ne t’en fais pas pour sa. (Elle regarde les filles). Tu as raison de te consacrer à elles…c’est ta nouvelle famille maintenant.

Lee Scanlon : Je sais...et c’est pour sa que je t’ai fait venir. (Elle le regarde). Ma vie est devenu compliquer mais je ne regrette pas…et je sais que je vais devoir consacrer encore plus de temps aux filles…


Lee333  (11.10.2011 à 22:03)

Cassidy : C’est bon Lee. (Dit-elle la tête basse en pensant qu’il veut rompre).

Lee Scanlon : Quoi ?

Cassidy : J’ai compris, te fatigue pas. (Elle tourne la tête).

Lee Scanlon : Hé…hé. (Elle le regarde de nouveau). Tu n’y es pas du tout…ce que je voulais dire c’est que, si tu veux compliquer ma vie…je suis d’accord. (Sourit-il. Elle pose sa main sur la sienne, lui fait un bisou sur la joue et secoue la tête en souriant. Mais Ariel vient de tout entendre, en effet, elle était cachée dans un coin). Mais il faut que tu sois prête à mentir et à te cachée…est-ce que tu es prête ?

Cassidy : Je suis prête. (Le soir même, Lee raccompagne les filles à la maison).

Bridgette Dubois : Qu’est-ce que tu compte faire quand tu seras connue ? (Demande t-elle à sa grande sœur, alors quelles descendent de voiture).

Ariel Dubois : Bridgette, je ne serais jamais connue. (Soupire t-elle).

Bridgette Dubois : Est-ce que tu nous inviteras à un de tes concerts ?

Lee Scanlon : Sa c’est une bonne question. (Dit-il en mettant la clé dans la serrure de la porte d’entrée, alors que Marie est juste derrière lui).

Ariel Dubois : Seulement si vous êtes sage. (Et quelques jours plus tard, un petit concert à lieu dans une salle. Lee entre dans la loge jeune fille pour la soutenir, avant que le spectacle commence).

Lee Scanlon : Hé ! (Sourit-il).

Ariel Dubois : Salut. (Elle sourit également).

Lee Scanlon : Tu as le trac ?

Ariel Dubois : Je suis terrifiée.

Lee Scanlon : Sa va bien ce passé.

Ariel Dubois : C’est la première fois que je chante en public.

Lee Scanlon : Tout ira bien, ont est là pour te soutenir. (Il s’éloigne). Je suis content que sa se passe mieux entre nous…bonne chance. (Puis il part et s’installe avec Bridgette et Marie au premier rang, dans la salle. Pendant ce temps, Ariel se recoiffe devant le miroir de sa loge mais sa mère apparaît à ses côtés).

Le fantôme d’Allison : Moi aussi je suis contente que sa aille mieux entre vous. (Ariel sursaute). Je ne voulais pas te faire peur.

Ariel Dubois : C’est réussit.

Le fantôme d’Allison : Ariel. (Son ton montre quelle n’aurait pas due dire sa).

Ariel Dubois : Désoler mais je suis déjà assez stresser comme sa. (Soudain, les musiciens du groupe entre dans la pièce).

Un des musiciens : Alors Ariel, pas trop stresser ?

Ariel Dubois : Je suis morte de trouille.

Le même musicien : Ont a un remède contre le trac, ont te le donne si tu veux ? (Les autres membres du groupe rient. L’un d’eux sort un sachet de drogue et le pose sur la table basse. Il vide le sachet dessus et chacun en sniffe une ligne).

Un autre musicien : Tu veux essayer ?

Le fantôme d’Allison : Oh non, ma fille ne veut pas essayer.

Le même garçon : Sa te fera oublier tout tes problèmes.

Le fantôme d’Allison : Non, c’est faux.

Ariel Dubois :…Tu en es sûr ?

Un autre garçon : S’il te le dit…crois nous, sa te feras du bien.

Le fantôme d’Allison : Ne l’écoute pas Ariel.

Ariel Dubois :…D’accord.

Le fantôme d’Allison : Ariel !! (La jeune fille s’approche de la table). Ariel Dubois, je t’interdis de… (Mais sa fille ne lui a pas obéit, elle vient de prendre sa dose). Ariel. (Dit-elle la gorge nouée de larme. Celle-ci sourit aux garçons et rie même).

Un des musiciens : Aller, il est l’heure de casser la baraque.

Les autres membres du groupe : Ouais !!! (Pendant le concert, Lee est stupéfait par la performance vocale d’Ariel et il voit aussi quelle est heureuse. A la fin du spectacle, la foule applaudit le groupe. Puis les musiciens partent dans les coulisses, alors que le rideau se baisse).

Lee Scanlon : Vous avez aimé ? (Demande t-il au deux petites, assise à côté de lui).

Bridgette Dubois : Ah oui.

Marie Dubois : Oui mais c’était fort. (Cassidy le tape gentiment sur l’épaule).

Lee Scanlon : Hé, tu es venue. (Sourit-il puis ils se prennent dans les bras).

Cassidy : Je n’allais pas manquée les premiers pas d’Ariel sur scène. J’étais au fond.

Lee Scanlon : Cassidy, je te présente Marie et Bridgette.

Cassidy : Bonjour. (Sourit-elle).

Lee Scanlon : Les filles, c’est Cassidy, ma collègue...bon, je vais chercher la star. (Il part dans les coulisses en souriant et tape à la porte de la loge de la jeune fille).

Ariel Dubois : Entrer. (Ce qu’il fait). Alors, est-ce que c’était bien ? (Dit-elle assise devant son miroir).

Lee Scanlon : Bien ?! C’était génial tu veux dire ! Tout le monde a adoré…et je ne savais pas que tu chantais aussi bien.

Ariel Dubois : C’est vrai ?! (Demande t-elle en se retournant sur sa chaise pour le regarder).

Lee Scanlon : Oh tu étais, formidable.

Ariel Dubois : Je suis contente, ça c’est bien passer.

Lee Scanlon :…Sa te dit qu’ont fassent un resto ? Histoire de fêter ton succès. (Mais soudain, la porte s’ouvre. Bridgette et Marie cour vers leur sœur, Cassidy arrive également).

Cassidy : Désoler mais elles ne tenaient plus en place. (Sourit-elle).

Lee Scanlon : Ariel, je te présente Cassidy, ma collègue…je demandais à Ariel si elle voulait venir au resto avec nous…et tu es la bienvenu toi aussi. (Dit-il à la jeune femme).

Ariel Dubois : Je regrette mais je vais aller fêter sa avec le groupe.

Bridgette Dubois : Oh non.

Lee Scanlon : Tu ne veux pas repousser ?

Ariel Dubois : Je suis désolé.

Lee Scanlon : Vous allez où ?

Ariel Dubois : Ont va rester ici.

Lee Scanlon : Et tu veux que je vienne te chercher où…

Ariel Dubois : Non, ils me ramèneront.

Lee Scanlon : Ils ne vont pas boire j’espère, parce-que…

Ariel Dubois : Tout ira bien.

Lee Scanlon :…Bon, comme tu veux. Mais je veux que tu sois rentré avant minuit.

Ariel Dubois : D’accord.

Lee Scanlon : Ariel, je te fais confiance.

Ariel Dubois : J’ai compris.

Lee Scanlon : Bon, vous venez les filles ?

Cassidy : Encore toutes mes félicitations pour le concert, c’était génial. (Lee et Cassidy passent une excellente soirée au restaurant. Quand à Ariel, elle boit et se drogue avec ses amis. C’est un peu plus tard dans la nuit, que Lee raccompagne sa partenaire chez elle. Alors qu’il roule, les petites sont en train de dormirent, à l’arrière du véhicule). J’ai passée une excellente soirée…il y a longtemps que je n’avais pas rie comme sa.

Lee Scanlon : Moi aussi. (Cassidy se retourne et regarde les petites dormirent).

Cassidy : Je comprends ce que tu ressens quand tu es avec elles maintenant…tu t’inquiète pour Ariel ?

Lee Scanlon : Non, j’ai confiance en elle...même si je sais quelle est entourée de garçons, quelle…

Cassidy : Arrête, je sais que c’est une fille bien.

Lee Scanlon :...Sa mère parlait d’elle avec fierté en tout cas. (Au bout de quelques minutes, ils arrivent devant la maison de la jeune femme. Elle est sur le point de descendre du véhicule). Attend, je te raccompagne.

Cassidy : Tu ferais mieux de rentrer, elles ont l’air épuisées.

Lee Scanlon : Ont se voient plus tard. (Ils s’embrassent discrètement et elle part. La famille finit par rentrer à la maison. Lee porte Marie dans ses bras qui dort tranquillement et il réveille Bridgette).

Bridgette Dubois : Hum.

Lee Scanlon : Bridgette, aller réveille toi. (Murmure t-il, alors quelle ouvre timidement les yeux). Aller vient. (Elle sort de la voiture à moitié endormie et ils rentrent. Lee couche les petites dans leurs chambres et il embrasse Marie sur le front puis il les laissent dormirent. Il appel Cassidy, alors qu’il est dans le jardin afin de ne pas faire trop de bruit.). J’ai fait un bisou à Marie. (Dit-il en souriant).

Cassidy : Et ?

Lee Scanlon : Je lui est fait un bisou sur le front, chose que je n’avais encore jamais fait.

Cassidy : Même pas une fois ?

Lee Scanlon : Non, j’avais trop peur quelle le prenne mal. (Il tourne en rond et finit par s’asseoir sur une chaise). Je sais quelle était endormie mais elle n’a rien dit.

Cassidy : Je suis contente pour toi et je suis contente que tu es partagée sa avec moi.

Lee Scanlon :…Tu pense que j’ai bien fait de la laissée avec ses amis ? (Il parle d’Ariel).

Cassidy : Mais oui, elle t’en aurait voulue sinon.

Lee Scanlon :…Merci d’avoir été là ce soir.

Cassidy : Je t’en prie. (Ils raccrochent. Au fil des jours, Ariel jongle entre les cours, son groupe, la drogue et l’alcool. Un soir, la jeune fille se prépare dans sa loge avant d’entrer sur scène. Sa mère apparaît près d’elle).

Le fantôme d’Allison : Ariel je t’en prie…arrête de te détruire avant qu’il ne soit trop tard. (Dit-elle tristement mais Ariel sort son sachet de drogue et le vide sur le meuble qui est devant elle. Hors, Joe apparaît également).

Le fantôme de Joe : Ariel !

Ariel Dubois : Papa. (Dit-elle émue).

Le fantôme de Joe : Arrête sa tout de suite.

Ariel Dubois : Pourquoi tu n’es pas venue avant ?

Le fantôme de Joe : Si tu crois que c’est facile d’être un fantôme.

Ariel Dubois : Si tu crois que c’est facile pour moi ! (Dit-elle les larmes aux yeux).

Le fantôme de Joe : Non, je sais que c’est pas facile…pour tout le monde. Mais je suis encore ton père et je le resterais pour toujours, alors ne touche pas à sa. (Elle se met à sniffer sa drogue mais Lee entre alors quelle n’a pas terminer).

Lee Scanlon : Qu’est-ce que tu fais ? (Demande t-il l’air grave. Elle se lève).

Ariel Dubois : Quoi ?

Lee Scanlon : Qu’est-ce que tu fais ?

Ariel Dubois : Ne me dite pas que vous n’aviez pas remarqué ?...Sa fait des semaines que j’en prends. Sa m’étonne qu’un ancien droguer comme vous ne l’ai pas remarqué. (Il attend quelques secondes et il la gifle).

Le fantôme d’Allison : Lee ! (Ariel se tient la joue).

Ariel Dubois :...Je suis sûr que mes parents vous regardent et ils n’ont sûrement pas aimé ce qu’ils viennent de voir.

Lee Scanlon : Je me fiche de ce qu’ils pensent ! Tu as pris de la drogue, tu voulais que je réagisse comment ?!

Ariel Dubois : Vous savez que ça ne peut pas me faire de mal.

Lee Scanlon : Quoi ?!

Ariel Dubois : Et moi qui pensait que vous étiez un expert.

Lee Scanlon : Bon ça suffit. (Il la prend par le bras et l’entraîne dans les coulisses malgré elle).

Ariel Dubois : Mais lâchez moi !

Lee Scanlon : Oh non je ne te lâcherais plus, sa tu peux me croire.

Ariel Dubois : Et qu’est-ce que vous allez faire ?

Lee Scanlon : Je t’enfermerais jusqu’à tes 21 ans s’il le faut.

Ariel Dubois : Alors là vous n’avez pas intérêt.

Le fantôme de Joe : Soit plus polie Ariel ! (Lee s’arrête et se retourne. Son visage est tout près de celui d’Ariel).

Lee Scanlon : Je ferais ce qui me plaît ! Ce n’ai pas parce-que tu es ma fille que…

Ariel Dubois : Votre fille ?!

Lee Scanlon : Tu es sous ma responsabilité !

Ariel Dubois : Sa ne fait pas de vous mon père pour autant. (Lee détourne le regard, blessé). Qu’est-ce que vous allez faire ? Vous n’allez pas le dire à l’assistante social…si ?

Le fantôme de Joe : Sa suffit Ariel !!

Ariel Dubois : Je sais très bien que vous ne direz rien…si vous le faite, nous vous serons retirer d’office. Et ce n’ai pas ce que vous voulez.

Lee Scanlon : Mais qu’est-ce que je t’ai fait ? (Demande t-il le regard trouble et la gorge nouée de larme, en la regardant droit dans les yeux).

Ariel Dubois : Vous vous installez chez nous, votre petite amie fera bientôt la même chose et vous vous prenez pour mon père mais vous êtes loin de lui arriver à la cheville. (Il baisse la tête).

Lee Scanlon :…Tes parents ne m’avaient pas menti. (Il la regarde). T’es vraiment une fille exceptionnelle.

Ariel Dubois : Je vous interdis de parler en leur nom !!

Lee Scanlon : Tu ne veux plus m’entendre parler ? Très bien, je ne te parlerais plus. Tu veux te droguer ? Sa ne me gêne pas, je te donnerais mes contacts pour que tu puisse t’en procurer. Tu veux abandonner tes sœurs ? Sa ne me gêne pas non plus puisque c’est moi qui vais m’occuper d’elles. (Il tourne dans tout les sens). Tu pense que je suis un père à mi-temps ? Tu pense qu’une fois que tu auras 21 ans, je partirais ?! Hein ?! C’est bien sa que tu pense ?!! (Ariel sursaute à chaque intonation de voix, tout en fermant les yeux). Mais tu rêve ma pauvre Ariel ! Je vais m’incruster, que tu le veuille ou non, je serais prêt de toi jusqu’à la fin !...Tes parents avaient confiance en moi, j’aimerais qu’ils soient encore avec nous, crois moi j’aimerais mais ils m’ont demandé de veiller sur vous et c’est bien ce que j’ai l’intention de faire…et je sais qu’en respectant ma parole ils n’auront rien à me reprocher. Mais toi, est-ce que tu peux en dire autant ? (Elle est sur le point de craquer). Fait bien ce que tu veux…fait ce que tu as envie de faire. (Il part et retourne dans la salle près des petites). Allez venez les filles, ont s’en va.

Bridgette Dubois : Mais sa va être bientôt être le tour d’Ariel.

Lee Scanlon :…Je sais mais je n’ai pas envie de voir sa. (Il prend les mains des filles). Allez venez. (Et ils partent. Quelques minutes plus tard, ils sont à la maison. Lee couche les petites et va dans la chambre des parents. Il s’assoit sur le lit puis il se couche et se met à pleurer en silence. Mais quelques secondes plus tard, Marie pousse la porte de la chambre et va près de lui, suivit de Bridgette. Elle se couche contre lui et les serrent tout en les embrassant sur le front. Le lendemain matin, Lee pousse la porte de la chambre d’Ariel, celle-ci est en train de dormir paisiblement. Lee prépare le petit déjeuner, alors que les deux petites attendent à la table tout en se chamaillant. Scanlon sourit en les voyants puis Ariel se lève et se met également à table).

Bridgette Dubois :…Alors, c’était comment le concert ?

Ariel Dubois : C’était bien…je meurs de faim. (Lee arrive avec le petit déjeuner et le pose sur la table).

Lee Scanlon : Sans blague…est-ce que tu es fatiguée ? Je ne sais même pas pourquoi je pose la question…c’est vrai, si la directrice m’appelle de nouveau, vous serez placer en foyer. C’est bien ce que tu veux ?

Bridgette Dubois : C’est vrai ?!

Marie Dubois : Moi je veux rester à la maison.

Ariel Dubois : Moi aussi c’est ce que je veux.

Lee Scanlon : Tu es sûr ?

Ariel Dubois :…Oui. (Dit-elle en soupirant. Lee les conduit à l’école puis il se rend sur la tombe des Dubois).

Lee Scanlon :…Essayer de ne pas trop me juger, d’accord ? J’ai déjà bien assez à faire avec moi-même. (Dit-il avec ses lunettes de soleil sur le nez puis il dépose quelques fleures sur les sépultures. Il monte dans sa voiture et se met à rouler puis il prend son téléphone et appel Cassidy). Tu es où ?

Cassidy : Chez moi, pourquoi ?

Lee Scanlon : Bouge pas j’arrive. (Il raccroche. Quelques minutes plus tard, il tape à la porte de la jeune femme. Elle lui ouvre).

Cassidy : Salut…sa va ? (Il hoche la tête mais il fait quelques pas en arrière et il commence à s’éloigner). Lee. (Elle s’avance lentement vers lui). Lee. (Il est dos à elle mais il lui fait signe de ne pas s’approcher). Lee, qu’est-ce qu’il y a ? (Il secoue la tête). Je t’en prie, dit moi ce qu’il y a ?

Lee Scanlon : Je suis pas un bon père, voilà ce qu’il y a. (Il pleure).

Cassidy : Tu es un excellent père. (Il secoue de nouveau la tête). Je t’ai vue avec elles, je t’ai…

Lee Scanlon : Ariel se drogue. (Elle est soudainement émue, alors qu’il se retourne pour la regarder). Elle se drogue et je n’ai rien remarqué, alors que je suis un ancien drogué…non mais est-ce que tu te rends compte ?!

Cassidy : Qu’est-ce que tu compte faire ?

Lee Scanlon :…J’en sais rien. (Dit-il l’air désespérer puis il baisse la tête et la secoue). J’en sais vraiment rien. (Il finit par la regarder à nouveau au bout de quelques minutes). Mais à quoi ils pensaient ?! A quoi ils pensaient ?!! (Ils parlent d’Allison et de Joe. Cassidy s’approche de lui).

Cassidy : Qu’est-ce que je peux faire ? (Il ne répond pas). Dit moi ce que je peux faire ? (Il baisse la tête, elle pose ses mains sur le visage de celui-ci et l’oblige à la regarder). Dit le moi ? (Demande t-elle la gorge nouée de larme et le regard trouble. Puis elle finit par l’embrassée. Ils se regardent et s’embrassent de nouveau, ils se serrent l’un contre l’autre et ne se quittent plus. Ils rentrent dans la maison et se cogne dans les murs, alors que leur passion les dévore. Lee allonge Cassidy sur le lit et retire le haut de celle-ci. Les cicatrices des balles quelle a reçut son encore visible, Lee les caresses et les embrasses, alors que la jeune femme a les larmes aux yeux. Puis ils finissent par coucher ensemble. Une fois leur étreinte terminer, ils sont allonger l’un à côté de l’autre). Qu’est-ce que tu va faire pour Ariel ?

Lee Scanlon :...Je lui est fait passer un message mais est-ce quelle la entendu ? Est-ce quelle la écouter ? J’en sais rien.

Cassidy :…C’est tout ?!

Lee Scanlon :…Je l’ai giflée. (Dit-il la tête basse).


Lee333  (11.10.2011 à 22:27)

Cassidy : Et tu te sens coupable ?

Lee Scanlon : A ton avis ?

Cassidy :…Donc, tu ne veux pas en remettre une couche. Je le comprends mais si l’assistante sociale finit par l’apprendre…

Lee Scanlon : Sa lui est égal.

Cassidy : Oui mais pas pour toi.

Lee Scanlon : Si elle n’ai pas heureuse avec moi, je ne peux pas l’obliger à rester.

Cassidy : Elle ne sera heureuse nulle part…tu es leur seule chance pour quelles restent ensemble.

Lee Scanlon : Va lui dire, ne te gêne pas…peut-être quelle t’écoutera. (Il soupire). Si nous étions dans un rêve, elle m’écouterait.

Cassidy : Si nous étions dans un rêve, ses parents seraient encore en vie.

Lee Scanlon : Je sais. (Dit-il la tête basse). Elle est au courant pour nous.

Cassidy : Quoi ?! Mais comment elle…

Lee Scanlon : Je n’en sais rien. Mais ce que je sais, c’est que si le juge l’apprend sa n’arrangera pas mes affaires.

Cassidy : Pourquoi sa ?

Lee Scanlon : Je dois me consacrer à elles et à elles uniquement...je suis censé ne pas avoir de temps pour moi...ni pour les autres.

Cassidy :...Je me cacherais, je mentirais à la barre, je...

Lee Scanlon : Non, je ne veux pas te causer d’ennuie. (Elle pose sa main sur le visage de celui-ci).

Cassidy : Tu ne me cause pas d’ennuie...tu complique juste ma vie. (Dit-elle en esquissant un sourire). Tout comme je complique la tienne. C’est bien ce que tu voulais ? (Il acquiesce par quelques hochements de tête et elle l’embrasse sur la joue. Le soir même, Ariel donne à nouveau un concert. Elle sniffe son rail de coke dans la loge, avant d’entrer sur scène mais son dealer entre dans la pièce dans une colère noire).

Son dealer : Hé toi !! (Il attrape le col de la veste de l’adolescente).

Ariel Dubois : Lâche moi !! (Il n’obéit pas).

Son dealer : Je te lâcherais quand tu m’auras payé ce que tu me doit ! (Dit-il hargneusement).

Ariel Dubois : J’ai pas l’argent sur moi.

Son dealer : Bah voyons. (Lee entre dans la pièce).

Lee Scanlon : Hé ! (Le dealer le regarde). Qu’est-ce qui se passe ici ?

Son dealer : T’occupe pas de sa. C’est une affaire entre elle et moi. (Dit-il en la regardant).

Lee Scanlon : Non maintenant sa concerne aussi les flics. (Il montre sa plaque, le dealer lâche la jeune fille). Alors, tu as toujours un problème avec elle ?

Son dealer : J’ai aucun problème. (Sourit-il en ayant les mains en l’air).

Lee Scanlon : Tire toi. (Le dealer obéit, alors que le public applaudit et s’impatiente dans la salle. Ils attendent que le concert commence). Sa va ? (Demande t-il à Ariel).

Ariel Dubois : Vous vous souciez de moi maintenant ?! (Elle commence à partir mais il lui attrape le bras pour l’arrêter).

Lee Scanlon : Je me suis toujours soucié de toi et je le ferais jusqu’à la fin de mes jours. (Elle retire son bras).

Ariel Dubois : Je n’ai pas besoin d’un garde du corps. (Elle est prête à aller sur scène).

Lee Scanlon :…Je regrette. (Elle s’arrête et reste dos à lui). Pour la gifle.

Ariel Dubois : Il est trop tard pour sa. (Elle part et monte sur scène en souriant, tout en saluant la foule. Dans le public, le dealer parle à un autre homme).

Le dealer : Cette fichue gamine à amener les flics jusque ici.

L’autre homme : C’est pas vrai !...Ils auraient bien besoin d’un avertissement. (Ils se regardent et se sourient. Le dealer sort une arme. Lee regarde Ariel, alors qu’il est tout près de la scène mais un spectateur voit le revolver).

Le spectateur : Il a un flingue !! (Lee voit que l’arme est braquée sur la jeune fille. Il cour et se jette sur Ariel, alors qu’un coup de feu retenti. La foule hurle et part en courant dans tous les sens. Lee est allongé sur Ariel, essouffler).

Lee Scanlon : Sa va, tu n’as rien ? (Il pose ses deux mains sur le visage de celle-ci et la regarde).

Ariel Dubois : Je vais bien. (Dit-elle un peut sous le choc).

Lee Scanlon : Tant mieux, c’est le principal. (Dit-il en esquissant un sourire puis il se met à tousser. Il se roule sur le côté et du sang apparaît sur sa veste, au niveau de son épaule. Ariel s’agenouille à ses côtés).

Ariel Dubois : Mais qu’est-ce… (Elle passe sa main sous la veste de l’inspecteur et la ressort ensanglanter). Oh mais c’est… (Dit-elle tremblante et apeurée. Lee prend ces deux mains).

Lee Scanlon : Chut, chut. (Il a due mal à respirer).               

Ariel Dubois : C’est du sang. (Elle pleure).

Lee Scanlon : Chut, sa va allée. (Elle secoue la tête, alors qu’il se met à trembler). Ecoute moi je, je veux que tu t’en aille.

Ariel Dubois : Quoi ?! (Demande t-elle la gorge étranglée de larme).

Lee Scanlon : Tu ne dois pas voir sa.

Ariel Dubois : Mais je…

Lee Scanlon : Je ne veux pas que tu vois sa.

Ariel Dubois : Non.

Lee Scanlon : Ariel, fait ce que je te dis pour une fois !

Ariel Dubois : Non ! (Il pose sa main sur le visage de celle-ci).

Lee Scanlon :…Je t’aime comme ma propre fille, j’espère que tu le sais. (Il esquisse un sourire et se met à tousser, à s’étouffer).

Ariel Dubois : Non ! (Elle le secoue). Non ! (Il ferme les yeux). Non !!...Ne partez pas, je vous en prie !! (Elle le secoue mais rien n’y fait. Elle cherche le portable du policier dans l’une de ses poches. Elle le trouve et appel Cassidy, qui décroche).

Cassidy : Allo ?

Ariel Dubois : Venez vite, je vous en prie.

Cassidy :…Ariel ?! (Demande t-elle surprise).

Ariel Dubois : Lee est blesser, venez vite.

Cassidy : Oh mon dieu. (Cassidy finira par venir avec les secours. Lee sera transporté à l’hôpital. Manuel, les filles et Cassidy attendent que l’extraction de la balle soit terminée. Ariel est à l’écart en train de pleurer, Cassidy s’approche d’elle, les bras croisés). Tu es triste ? (Demande t-elle timidement, alors que la jeune fille hoche doucement la tête). T’en mieux. (Ariel la regarde). J’espère que tu souffre comme lui a souffert…il était terroriser à l’idée de ne pas faire ce qu’il fallait, il se sentait frustrer de ne pas savoir comment t’aider. Il n’osait pas te prendre dans ses bras parce qu’il avait peur que tu le prenne mal. (Dit-elle la gorge nouée). Il me demandait plein de conseil pour être un meilleur père…mais la vérité, c’est qu’il l’était déjà. Tout ce qu’il voulait, c’était t’aidée. (Dit-elle en pleure). Pourquoi tu ne l’a pas laissé t’aider ?! (Manuel s’approche d’elle et l’entoure de ses bras).

Manuel Devalos : Venez. (Elle le suit, alors qu’Ariel se met a pleurée. Quelques heures plus tard, un médecin sort du bloc opératoire. Toute la famille se met autour de lui).

Le médecin : La balle est passée tout près du cœur mais elle a juste touchée l’épaule. Ont a réussit à lui retirer…il va bien. (Tout le monde est soulagé).

Cassidy : Ont peut le voir ?

Le médecin : Il est en salle de réveille mais il veut qu’Ariel vienne le voir. (Tout le monde s’écarte et regarde la jeune fille). Tu veux bien ? (Celle-ci acquiesce par quelques hochements de tête). Sa ne sera pas long, il a besoin de repos…vous le verrez plus tard. (Sourit-il aux autres).

Manuel Devalos : Très bien.

Le médecin : Tu viens ? (Demande t-il à Ariel, qui le suit. Ils arrivent devant le lit de Scanlon. Celui-ci a les yeux fermés et il a un tube dans le nez. Le médecin les laisses seuls. Ariel pose sa main sur celle de Lee, celui-ci ouvre doucement les yeux et esquisse un sourire).

Lee Scanlon : Sa valait le coup de prendre une balle. (Il sert un peut plus la main d’Ariel, alors quelle baisse la tête). Hé…je vais bien. (Elle le regarde, les yeux troublant de larme).

Ariel Dubois :…Je suis tellement…

Lee Scanlon : Chut, tout va bien.

Ariel Dubois :…Je suis désolée…pour tout.

Lee Scanlon : Moi aussi. (Elle le regarde d’une drôle de manière car elle ne comprend pas pourquoi il s’excuse). Je suis désolé pour la gifle, désolé de ne pas pouvoir faire mieux, désolé qu’ils soient morts. (Elle baisse la tête). Je ne voulais pas qu’ils meurent.

Ariel Dubois : Je sais…mais je sais aussi que tu ne lâcheras pas. (C’est la première fois quelle le tutoie et il en est étonner). Je vais arrêter le groupe, je vais arrêter…

Lee Scanlon : Ariel…tu n’es pas obligé de…

Ariel Dubois : Si…si. Je vais arrêter toute mes bêtises tant que je peux encore le faire…il n’y aura plus de sortie la nuit, plus d’alcool…

Lee Scanlon : De drogue ?

Ariel Dubois :…Plus de drogue.

Lee Scanlon :…Je suis fier de toi. (Elle se met pleurer).

Ariel Dubois : Je vais être plus présente, je vais être plus gentille, je vais m’occupée de mes sœurs et de toi mais pardonne moi, je t’en prie, pardonne moi…

Lee Scanlon : Il y a longtemps que je t’ai déjà pardonné. (Il pose sa main sur le visage de la jeune fille). Je n’ai pas besoin de te pardonner. (Elle pleure et elle se jette dans ses bras).

Ariel Dubois : Pardon. (Il embrasse le front de celle-ci).

Lee Scanlon : Chut, c’est fini…c’est fini. (Ils resteront un petit moment comme sa. Quelques minutes plus tard, tout le monde est dans la chambre, près du patient).

Manuel Devalos : Tu n’es pas un super héro, quand le comprendra tu ? (Dit-il en riant).

Lee Scanlon : Je ne t’entends pas. (Sourit-il).

Marie Dubois : J’ai faim.

Lee Scanlon : Mani, si tu emmenais les petites manger un truc, hum ?

Manuel Devalos : D’accord. (Il prend les filles). Aller venez. (Tout le monde part, laissant Lee et Cassidy seuls. Celle-ci s’approche de l’inspecteur, lui prend la main, lui caresse les cheveux et approche son visage du sien).

Lee Scanlon : Je t’avais dit que ta vie allait se compliquer. (Elle sourit, alors quelle verse une larme).

Cassidy : J’ai eu tellement peur.

Lee Scanlon : Je suis vivant.

Cassidy : Arrête…j’ai déjà vécue cette situation et je, je croyais que c’était derrière moi mais quand elle ma appelée, j’ai crue que… (Elle regarde en l’air, se mord les lèvres et secoue la tête).

Lee Scanlon : Je ne te lâcherais pas...je t’aime. (Elle le regarde).

Cassidy :…Je t’aime aussi. (Elle prend son visage dans ses mains et l’embrasse. Puis ils se regardent, se sourient et mettent leur front l’un contre l’autre. Mais le groupe vient d’entrer dans la pièce, sans que le couple ne les est remarqué).

Marie Dubois : Vous allez vous marier ? (Le couple les regarde, tout le monde sourit).

Lee Scanlon : Peut-être mais il faut que sa reste un secret. (Ariel met son doigt sur sa bouche et regarde sa petite sœur).

Ariel Dubois : Chut. (Sourit-elle puis tout le monde reprend le geste. Quelques semaines plus tard, l’audience pour décider du placement des filles a lieu. Ariel a changé de look, elle est de nouveau une jeune fille comme il faut. Lee est assis en face du juge et Manuel est à ses côtés. Les filles et Cassidy sont au fond de la salle mais il n’y a personne d’autres. Le juge a un papier dans les mains).

Le juge : J’ai ici le compte rendu de l’assistante social…il est écrit qu’Ariel c’est endormie plusieurs fois en cours, que ses notes ont chuter mais quelles ont remonter. Mais le pire, c’est quelle est prie de la drogue. (Il retire ses lunettes). Je suppose que vous l’avez influencé ?

Manuel Devalos : Qu’est-ce que vous insinuez par là ?

Le juge : Votre client est un ancien drogué. Elle a très bien pu trouver des sachets de drogue chez lui et elle… (Lee secoue la tête).

Ariel Dubois : Il n’a rien fait ! (Dit-elle en se levant). Vous n’avez pas le droit de…

Le juge : Mademoiselle Dubois, je ne vous est pas donner la parole…

Ariel Dubois : C’est moi qui suis concernée ! J’aimerais répondre.

Le juge : Très bien.

Ariel Dubois :…Je m’en suis procurée seule, personne ne ma aidée.

Le juge : Pourquoi avez-vous fait cela ?

Ariel Dubois :…J’étais triste, seule et perdue. Je croyais que la drogue aller m’aider à oublier mes problèmes…mais Lee ma fait comprendre que sa ne me mènerais nulle part et il avait raison.

Le juge :…Elle a arrêtée d’en prendre ? (Demande t-il à Manuel).

Manuel Devalos : Absolument monsieur le juge. Elle a des contrôles toxicologiques réguliers et ils sont tous négatif…tout comme pour mon client. (Il amène les résultats des examens au juge puis il retourne à sa place. Le juge regarde la feuille et secoue la tête, perplexe). Monsieur le juge, il est vrai qu’il y a eu des dérapages mais…

Le juge : Des dérapages ?! Des erreurs de parcours, oui…de grosses erreurs.

Manuel Devalos : C’est vrai, se sont de grosses erreurs, des erreurs de jeunesse.

Le juge : Et sa n’aurait jamais dû arriver…elles étaient sous votre responsabilité monsieur Scanlon. (Dit-il en le montrant du doigt).

Manuel Devalos : Mon client à pris une balle, cela ne montre t-il pas sa bonne foi ?

Le juge : Si elle ne c’était pas droguer, jamais il n’aurait été blessé. (Les filles soupirent).

Lee Scanlon :...Je ne voulais pas m’occuper d’elles.

Manuel Devalos : Tais toi Lee, ce n’ai vraiment pas le moment. (Murmure t-il).

Le juge : Je vous demande pardon ?

Lee Scanlon : J’ai dit, je ne voulais pas m’occupée d’elles.

Manuel Devalos : Oh, c’est pas vrai. (Chuchote t-il en regardant en l’air).

Lee Scanlon : Quand j’ai appris que leur parent m’en confier la garde…j’ai failli refuser. Je ne voulais pas d’elles, c’était une trop grande responsabilité et je, je ne me voyais pas…père. J’avais bien trop peur mais Ariel ma fait changer d’avis. Elle était prête à se faire émancipée pour pouvoir s’occupée de ses sœurs mais je, je ne pouvais pas laisser faire sa…ce n’était encore qu’une enfant. Elle avait déjà traversée trop d’épreuve je, je ne pouvais pas…mais je ne regrette rien. Je sais que j’ai participé à son évolution…oh et je sors avec Cassidy. Fait coucou Cassidy. (Ce quelle fait timidement). Vous pouvez me reprocher ce que vous voulez mais un, un bon père ce doit d’être honnête avec ses enfants.

Le juge :...Vous voulez vivre avec lui ? (Demande t-il aux filles).

Les filles : Oui, oui et oui !! (Disent-elles enthousiaste).

Le juge : Dans ce cas, j’accorde la garde exclusive à monsieur Scanlon. (Il tape du maillet sur la table). Merci d’avoir été honnête avec moi monsieur Scanlon. (Celui-ci incline la tête pour  saluer le juge. Les deux petites courent vers l’inspecteur, il les prend dans ses bras en souriant. Ariel le regarde puis elle se jette également dans ses bras avec le sourire. Cassidy s’approche et embrasse Lee).

Lee Scanlon : Ont rentrent chez nous ? (Tout le monde est d’accord et ils partent. Mais quelques jours plus tard, Ariel a une discussion avec Lee dans la cuisine).

Ariel Dubois : Je te dérange ?

Lee Scanlon : Non, pourquoi ?

Ariel Dubois : Tu pourrais m’accompagnée quelque part ?

Lee Scanlon : Bien sûr. (Ils se rendent au cimetière et portent des fleurs aux parents d’Ariel). Ils me manquent.

Ariel Dubois :...Je peux les voir. (Dit-elle doucement).

Lee Scanlon : Quoi ?!

Ariel Dubois : Ils sont ici, avec nous.

Lee Scanlon : Mais…

Ariel Dubois : C’est pour sa que je buvais et que je me droguais. C’est vrai que je me sentais seule mais la plupart du temps, si je faisais toute ces choses, c’était pour ne plus les voir, ni les entendre. (Lee pose ses mains sur les épaules de la jeune fille).

Lee Scanlon : Je suis tellement désoler. J’aurais dû, j’aurais dû…

Ariel Dubois : Ce n’ai pas de ta faute, tu n’es pas habituer à ce don.

Lee Scanlon : J’aurais due m’en rendre compte, ta mère m’avait habituée à ce don…mais je comprends ce que tu as enduré maintenant.

Ariel Dubois : Il m’arrive de vouloir ne plus les voir. (Dit-elle à deux doigts de craquée).

Lee Scanlon : Tu n’es pas une mauvaise fille pour autant.

Ariel Dubois :...C’est ma mère qui est responsable…mon père conduisait cette nuit là mais ma, ma mère à vue un, un esprit sur la route…elle pensait que cette personne était toujours en vie.

Lee Scanlon :…Alors elle a tournée le volant, afin de l’éviter. (Ariel hoche la tête, en versant une larme).

Ariel Dubois : Mes parents sont contents que vous soyez près de nous.

Lee Scanlon : Moi aussi.

Ariel Dubois : Ils disent, qu’ils ne regrettent pas leur choix. (Lee hoche la tête, émue).

Lee Scanlon : Leurs filles m’on rendu fier. (Ils se prennent dans les bras. Quelques semaines plus tard, Ariel et ses sœurs vont chercher Lee dans la cuisine. Il lui prenne les mains). Hé, où est-ce que vous m’emmenez ? (Demande t-il en souriant).

Marie Dubois : C’est une surprise.

Bridgette Dubois : Ferme tes yeux. (Il obéit et au bout de quelques pas, ils sont arrivés).

Ariel Dubois : Ouvre les yeux. (Ce qu’il fait, il voit qu’il est dans la chambre des parents).

Bridgette Dubois : Tu ne vas pas dormir sur le canapé toute la vie. (Il est ému et sans voix).

Ariel Dubois : Tu peux dormir ici mais Cassidy…

Lee Scanlon : Ne vous inquiétez pas. (Dit-il aux filles). Ont avancera pas à pas…ensemble.

Bridgette Dubois : Ensemble. (Bridgette et Marie vont dans les bras de Lee).

Ariel Dubois : Ensemble. (Sourit-elle puis elle va également dans ses bras. Il les embrasse sur le front et porte Marie).

Lee Scanlon : Qu’est-ce que vous diriez d’une pizza ? (Sourit-il, les filles répondent avec enthousiasme et se chamaillent pour le menu. Lee finira par se marier avec Cassidy et ils emménageront ensemble dans la maison. Ariel voit toujours ses parents et transmet leur message d’amour à ses deux autres sœurs. Au fil des années, Ariel finira par aider Lee et Manuel dans leurs enquêtes, grâce à ses rêves).

FIN


Lee333  (11.10.2011 à 22:48)

HypnoCup

Quel est ton représentant de l'ordre préféré ?

Clique ici pour voter

Ne manque pas...

Nous fêtons la Saint Valentin pendant tout le mois de février en soldant les HypnoCards Shippers !
Jusqu'au 28/02 | Shippers soldées !

HypnoCup 2019: On vote!
Voter! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Golden Globes 2019 : Patricia Arquette récompensée

Golden Globes 2019 : Patricia Arquette récompensée
A l'occasion de la 76eme cérémonie des Golden Globes qui s'est tenue hier soir, le 6 janvier 2019, à...

Sofia Vassilieva - Un rôle dans Black Lightning

Sofia Vassilieva - Un rôle dans Black Lightning
Sofia Vassilieva vient d'être castée pour la saison 2 de Black Lightning. Elle jouera le rôle de...

Patricia Arquette dans une nouvelle série

Patricia Arquette dans une nouvelle série
Patricia Arquette vient d'être annoncée au casting de la nouvelle série d'anthologie de Hulu: The...

On recrute !

On recrute !
Après de nombreuses années au service de la série, stella5 a décidé de quitter son poste d'AP. Nous...

Patricia Arquette dans Closer

Patricia Arquette dans Closer
À l'occassion des 50 ans de l'actrice Patricia Arquette, le magazine Closer a réalisé un article sur...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

mnoandco, Aujourd'hui à 15:12

Il est toujours possible en ce mois de février de voter pour le sondage "amoureux" du quartier FBI Portés Disparus

mnoandco, Aujourd'hui à 15:12

Pas besoin de connaître la série

mnoandco, Aujourd'hui à 15:13

Toujours également le sondage S.W.A.T sur le quartier Cold Case as besoin de connaître non plus

mnoandco, Aujourd'hui à 15:13

Merci

serieserie, Aujourd'hui à 16:13

HypnoCup : Dernier jour avant les demi finales! Hop hop hop on vote!

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site