VOTE | 93 fans

Tout défendre

Créateur : Lee333 
Date de création : 07.10.2011 à 18h23

Message du créateur :
Episode baser sur l'inspecteur Scanlon

Cet épisode compte 2 paragraphes

Afficher l'épisode

(L’inspecteur Scanlon et Allison, entrent dans le bureau du procureur Devalos).

Manuel Devalos : Ah, vous voilà. (Allison et Scanlon, découvrent que Manuel a un homme à ses côtés). Murphy, je te présente l’inspecteur Scanlon.

Lee Scanlon : Bonjour.

Murphy : Enchanté. (Ils se serrent la main).

Manuel Devalos : Et voici Allison Dubois.

Murphy : J’ai beaucoup entendu parlez de vous, madame Dubois. C’est un honneur. (Ils se serrent également la main).

Manuel Devalos : Lee, Allison. Laissez moi vous présentez Murphy Clements, un vieil ami de lycée. (Dit-il en lui tapant sur l’épaule).

Murphy : Nous nous connaissons depuis 25 ans.

Manuel Devalos :...Murphy est venue ici pour me demander de l’aide et je compte bien lui en apporter…mais je vais laisser la parole à mon vieil ami.

Murphy :...Voilà, j’habite en dehors de la ville avec une dizaine d’habitants…mais depuis un mois, des évènements étranges ont fais leur apparition. Voyez vous, nous avons tous plus ou moins quelques têtes de bétails. Certains ont des vaches, d’autres des chevaux et quand à moi, j’ai des dizaines de moutons…malheureusement, quatre d’entre eux ont été retrouvé pendue en l’espace de 2 semaines. (Lee prend des notes).

Manuel Devalos : Mais Murphy n’ai pas le seul à être toucher par ces évènements.

Murphy : En effet. Je me suis renseigné auprès de mes voisins…et eux aussi ont retrouvé certaine bête pendue…d’autre ont même retrouvé leur chien au bout d’une corde.

Lee Scanlon : Est-ce que vous avez une idée de qui pourrais être derrière tout sa ?

Murphy : Absolument pas…vous savez, la plupart d’entre nous ne cherche pas les histoires…ont veux simplement vivre tranquillement nos vies.

Manuel Devalos : C’est pour cette raison que j’ai dit à Murphy, que je mettrais mes deux meilleurs éléments sur ce coup. (Allison et Lee se regardent). Je veux que vous enquêtiez dès aujourd’hui…mais nous sommes bien d’accord, Murphy ne doit pas être impliqué là-dedans. Si jamais quelqu’un apprend qu’il est venu ici…

Lee Scanlon : Nous serons discret.

Manuel Devalos :…Bien. (Allison et Scanlon sortent du bureau. Ils se dirigent vers l’ascenseur).

Lee Scanlon :…Alors, comment sa va numéro deux ?

Allison Dubois : Numéro deux ?

Lee Scanlon : Vous avez entendue ce qu’a dit Manuel ? Nous sommes ses deux meilleurs éléments.

Allison Dubois : Si, j’ai entendue. (Elle appuie sur le bouton de l’ascenseur). Et évidement, c’est moi le numéro deux.

Lee Scanlon : Je sais, c’est dur. (Il esquisse un sourire, alors que les portes de l’ascenseur s’ouvrent. Ils entrent à l’intérieur et les portes se referment).

Allison Dubois : Vous oubliez une chose. (Il la regarde, alors qu’il a les mains dans les poches et qu’il est adossé au mur). C’est moi qui résous les enquêtes, c’est grâce à moi si vous arrêtez les meurtriers…

Lee Scanlon : C’est pas juste, c’est grâce à vos pouvoirs que vous arrivez à faire sa.

Allison Dubois : Hein, hein…je n’y peux rien moi. (Sourit-elle, alors que les portes s’ouvrent. Ils sortent et marchent dans le parking vers la voiture de Lee. Ils ouvrent les portières).

Lee Scanlon :…Dans ce cas, ont n’a qu’à dire qu’ont est à égalité…est-ce que sa vous va ? (Dit-il en mettant ses lunettes de soleil).

Allison Dubois : Sa ma va. (Sourit-elle. Puis ils montent en voiture et referme les portières).

Lee Scanlon :…Mais ont sait tout les deux que sa sera moi le numéro un.

Allison Dubois : Allez rouler. (Dit-elle en le tapant sur l’épaule et en souriant. Ils se mettent à rouler et arrivent à l’adresse indiquée. Puis ils interrogent tout le monde et c’est partout le même refrain. Tout le monde se plaint de pendaison d’animaux. Ils se dirigent vers une autre maison).

Lee Scanlon : C’est la dernière. (Dit-il, alors qu’il marche sous un beau soleil).

Allison Dubois : C’est aussi la plus éloigné. (Ils montent les marches du porche et frappe à la porte. Une jeune femme l’ouvre).

Lee Scanlon : Bonjour, je suis l’inspecteur Scanlon. (Dit-il en montrant sa plaque). Et voici madame Dubois…nous aimerions entrez quelques minutes, afin de vous posez des questions.

La jeune femme : Je préfèrerais que vous me les posiez ici, si sa ne vous ennuis pas ? (Allison a un flash. Elle voit la même jeune femme, ouvrir la même porte à un inspecteur. En tout cas, c’est ce quelle croyait car c’était en réalité un faux policier. Celui-ci là d’ailleurs menacer d’un couteau, alors que les enfants de cette jeune femme n’étaient pas loin).

Allison Dubois : Non, nous, nous comprenons tout a fait. (Lee la regarde d’une drôle de manière).

La jeune femme : Merci. (Sourit-elle). Alors, qu’est-ce que je peux faire pour vous ?

Lee Scanlon :…Il semblerait que plusieurs de vos voisins, ont retrouvez quelques animaux pendus…est-ce qui vous est arrivez la même chose ? (Elle baisse la tête).

Allison Dubois :...Où autre chose ? (Allison a de nouveau un flash. Elle voit la grange partiellement en feu).

Lee Scanlon : Alors ?

La jeune femme : Je regrette mais non.

Lee Scanlon : Ah…et comment vous expliquez que vous êtes la seule ?

La jeune femme : Je ne sais pas…sûrement parce-que je suis la seule à ne pas avoir de bétail…mais des chevaux.

Lee Scanlon : Je vois.

La jeune femme :…Vous avez finie ? Je peux retournée à mes occupations ?

Lee Scanlon : Bien sûr. (Dit-il en ne croyant pas ce qu’il dit).

Allison Dubois : Tenez. (Elle lui tend la carte du bureau). C’est juste au cas ou. (Lee et Allison se remettent à marcher et attendent de s’éloigner de la maison pour discuter). Elle ment.

Lee Scanlon : Vraiment ?...Vous devriez être inspectrice Allison, vous êtes très observatrice. (Dit-il le sourire aux lèvres car il l’avait bien remarqué).

Allison Dubois :...Venez avec moi. (Ils font discrètement le tour de la maison). Regarder. (Elle montre la grange, qui a été partiellement ravagée par les flammes. Lee regarde Allison).

Lee Scanlon : D’accord…dite moi ce que vous avez vue. (Ils se mettent à marcher vers la voiture de Lee).

Allison Dubois : Vous savez pourquoi elle ne nous a pas fait entrer chez elle ?

Lee Scanlon : Non mais je suppose que vous allez me le dire.

Allison Dubois : Un homme a tapé à la porte de sa maison un jour. Il a sortie une plaque de policier et elle lui a ouvert…mais il la attrapée et lui a mis un couteau sous la gorge…il lui a dit quelle devait faire ses valises. Il est partit quand il a entendue les enfants qui jouaient dans la maison…je suppose quelle n’a pas obéit et que c’est pour cette raison qu’ils ont brûler sa grange. (Ils entrent dans la voiture).

Lee Scanlon : Oui mais pourquoi elle n’a rien dit ? Moi si je voyais des gens qui voudraient m’aider et bien j’irais vers eux.

Allison Dubois : Elle a peur pour elle et ses enfants. C’est évident.

Lee Scanlon :…Si elle a si peur, pourquoi elle n’ai pas partit ?

Allison Dubois : La question n’ai pas là. Il faut savoir qui sont ces hommes, pourquoi ils font sa et pourquoi ils veulent quelle parte. (Ils roulent jusqu’au commissariat. Lee fait des recherches sur son ordinateur).

Lee Scanlon :...Elle s’appelle April Allen, elle est âgée de 26 ans. Elle est la mère de Kristy et de Reese Allen. Le père, Casey, est introuvable. (Dit-il assis à son bureau).

Allison Dubois : Donc, elle vie seule.

Lee Scanlon : C’est une proie facile, ce qui explique qu’ils s’en prennent plus à elle.

Allison Dubois : Oui mais pourquoi ?

Lee Scanlon : Aucune idée…il n’y a eu aucune plainte, ni pour agression, ni pour dégradation. C’est le silence total.

Allison Dubois : Ils vont recommencer si elle ne dit rien.

Lee Scanlon :…Je sais. (Ils entrent dans le bureau de Devalos au bout de quelques minutes).

Manuel Devalos : Alors, vous avez trouvé quelque chose d’intéressant ?

Allison Dubois : Plutôt oui. (Dit-elle en esquissant un sourire).

Lee Scanlon : Nous sommes allez sur place pour interroger les habitants et nous avons découvert qu’une jeune femme recevait des menaces. (Il donne le dossier de la victime à Devalos. En l’ouvrant, il découvre sa photo). Elle s’appelle April Allen et elle vie seule avec ses deux enfants.

Allison Dubois : Quand je suis allée chez elle, j’au eu un flash. Elle a été agressée et sa grange a brûlée.

Lee Scanlon : Ont a interroger tout le monde, personne ne c’est fait agresser. Elle est la seule.

Allison Dubois : Elle est la seule à n’avoir rien dit.

Manuel Devalos : Ce qui veut dire, quelle sait quelque chose.

Lee Scanlon : J’irais faire un tour là-bas ce soir, histoire de voir si tout va bien. (Le soir même, il observe la maison au loin depuis sa voiture mais rien ne se passe. Il retente alors l’expérience le lendemain. April arrive en voiture avec ses enfants mais trois hommes l’attendent. Ils tiennent tous des battes de base-ball).

Un des hommes : Descend de là. (April ne bouge pas). Descend de là !!

Reese : Maman. (Dit-il inquiet).

April : Sa va allée, reste là et occupe toi de ta sœur. (Elle ouvre la portière, un des trois hommes vient la cherchée et l’attrape par les cheveux). Non, je vous en prie, mes enfants !! (Hurle t-elle de peur).

Reese : Lâchez ma mère !

Un autre homme : La ferme !! (Soudain, ils entendent le bruit d’une arme. Ils se retournent et découvre Lee, sont revolver à la main).

Lee Scanlon : Vous avez entendu ce qu’a dit le petit…lâchez là. (Le malfaiteur met quelques secondes avant de lui obéir).

Un des malfaiteurs : T’es qui toi ?

Lee Scanlon :…Je suis juste un homme qui passait par là.

Un autre homme : T’es juste un homme qui passait par là ?

Lee Scanlon : Si je vous le dit.

Le même homme : Cette histoire ne te concerne pas, alors tire toi avant qu’il t’arrive des ennuis.

Lee Scanlon : C’est drôle, j’allais vous dire la même chose. (L’un des malfrats se met à rire puis il lance sa batte sur Lee. Celui-ci perd son revolver, il se défend à coup de poing mais il est vite à terre).

April : Arrêtez !!

Un des hommes : T’inquiète pas, sa sera bientôt ton tour. (Lee est roué de coup de pied mais un coup de feu retentit. April c’est emparée du revolver de Lee, pendant qu’ils étaient en train de le tabasser. Elle tient les malfaiteurs en joue).

April : Lâchez vos armes…tout de suite !! (Ils obéissent). Les mains en l’air. (Ce qu’ils font). Est-ce que sa va ? (Demande t-elle à Lee, qui est toujours au sol, en train de se tenir le ventre).

Lee Scanlon :…Je suis en pleine forme. (Dit-il difficilement).

April : Bien…quand à vous, vous allez  immédiatement dégager de ma propriété…vous entendez ?!

Un des hommes : Non, c’est toi qui va dégagée. (Il s’approche d’elle, alors quelle le tient toujours en joue. Mais ses mains commencent à tremblée). Donne moi sa. (Il parle du revolver). Tu ne voudrais pas qu’il arrive quelque chose à tes gosses ?...Hum ? (Mais Lee se relève, attrape une batte et l’assomme. Il fait pareil avec les deux autres).

Lee Scanlon : Donnez moi cette arme…allez donner la moi. (Elle a les larmes aux yeux quand elle finie par lui remettre). Je vais vous aidez…je vais vous aidez.

Kristy : Maman ! (Dit-elle en courant vers elle. Sa mère la prend dans ses bras).

April : C’est finie ma chérie…c’est finie. (Elle lui fait un bisou sur le front. Puis elle est rejointe par son fils Reese. Quelques minutes plus tard, des voitures de police éblouissent la maison à l’aide de leur gyrophare. Ils embarquent les trois hommes et repartent). Pourquoi vous ne leur avez pas dit que vous étiez inspecteur ?

Lee Scanlon :…Tôt ou tard ils seront libérer…tôt ou tard. S’ils savent que je suis flic, ils risquent de vous le faire payez.

April :…Ils me le font déjà payer. (Dit-elle en marchant vers sa maison, avec ses deux enfants dans les bras, qui sont en train de dormirent).

Lee Scanlon : J’ai dit que j’allais vous aidez et je le ferais. (Elle rentre chez elle sans se retournée. Le lendemain matin, Lee et Manuel discutent dans le bureau de celui-ci). Ils allaient la frapper Manuel, à coup de batte de base-ball, elle et ses enfants.

Manuel Devalos : Je comprends Lee mais qu’est-ce que tu compte faire ?

Lee Scanlon :…Ils recommenceront c’est certain…mais elle ne dira rien.

Manuel Devalos :…Qu’est-ce que tu suggère ?

Lee Scanlon :…Une infiltration.

Manuel Devalos : Pourquoi une infiltration ?

Lee Scanlon : Ces hommes n’agissent pas tout seul Many. Si je veux choper celui qui est derrière tout sa, c’est la seule solution…je me ferais passer pour un oncle ou pour un ami de la famille…sa ne dura que quelques semaines.

Manuel Devalos : Je ne suis pas contre mais c’est elle que tu dois convaincre.

Lee Scanlon :…Je n’y arriverais pas tout seul. (L’après-midi même, April est convoquée au bureau du procureur).

Manuel Devalos : Madame Allen, comprenez qu’ont veut arrêter ces hommes, tout comme vous.

April : Je sais pas. (Dit-elle la tête basse).

Manuel Devalos :…Pensez à vos enfants.

April :…Vous les arrêterez, c’est promis ? (Dit-elle avec un regard de détresse).

Lee Scanlon : N’ayez aucun doute là-dessus. (Elle attend un peut et hoche la tête).

April :…Très bien.

Manuel Devalos : Que tout soit clair, la police est au courant et elle est prête à intervenir.

Lee Scanlon : Je garde mon arme ?

Manuel Devalos : Si tu la cache, il n’y a pas de problème. (Dit-il à Lee puis il regarde April). Vous devrez l’expliquer à vos enfants…est-ce qu’ils sont en âge de comprendre ?

April : Ma fille Kristy a 7 ans et Reese en a 9. (Manuel et Lee se regardent, ils comprennent qu’ils sont tout de même plutôt jeunes). Je leur expliquerais.

Lee Scanlon : Je vous aiderais. (Quelques minutes plus tard, Lee et April sont en voiture, ils sont en route vers la maison de la jeune femme. Ils discutent dans le véhicule). Vous êtes sûr de vouloir le dire à vos enfants ?

April : Je ne veux pas leur mentir.

Lee Scanlon : Je comprends mais je, je crois qu’il ne faut rien leur dire. (Elle le regarde d’une  drôle de façon). Sa vaut mieux.

April : Mais...

Lee Scanlon : Il ne vaut mieux pas les mêler a tout sa…sa risquerait de les mettre en danger.

April :...D’accord...bon alors, vous êtes qui ? (Il la regarde d’une drôle de manière). Vous êtes mon frère ? Leur oncle ?...Mon petit ami ? (Sourit-elle). Je plaisante, je plaisante.

Lee Scanlon : Je l’avait compris…je ne sais pas, c’est comme vous voulez.

April : Très bien…alors, vous êtes mon cousin et…vous êtes avocat.

Lee Scanlon : Avocat, rien que sa. (Sourit-il. Ils finissent par arriver chez April. Ils sont devant la maison mais ils sont encore dans la voiture).

April : Vous me laissez parler et tout se passera bien. (Ils descendent du véhicule et entrent dans la maison). Kristy ! Reese ! Descendez une minute ! (Au bout de quelques secondes, les enfants arrivent).

Kristy : Bonjour. (Dit-elle timidement).

Lee Scanlon : Bonjour. (Sourit-il. Mais Reese s’assoit sur le canapé sans dire un mot).

April : Reese. (Il la regarde). Dit bonjour.

Reese :…Bonjour. (Dit-il en croisant les bras).

Kristy : Maman ?

April : Oui chérie ?

Kristy : Ce monsieur, c’est ton amoureux ? (April et Lee se regardent, le sourire aux lèvres).

April : Non…non. Viens, ont va s’assoirent. (Elle s’assoit sur le canapé et prend sa fille sur ses genoux). Lee ?

Lee Scanlon : Hum ?

April : Assis toi. (Il est surpris d’entendre quelle le tutoies mais il obéit). Voilà, Kristy, Reese. Je vous présente Lee, mon cousin…il va rester avec nous quelques temps.

Reese : Super. (Dit-il sans enthousiasme).

April : Reese. Tu reste polie s’il te plaît…bien. (Sourit-elle). Je tenais à ce que ce soit clair.

Kristy :…Maman ?

April : Hum ?

Kristy : Ont peut retourner jouer ?

April : Oui. (Dit-elle en la chatouillant puis les enfants partent jouer dehors). Pardonnez moi de vous avoir tutoyez  mais comme vous êtes mon cousin, vous êtes sensé faire partie de la famille. (Dit-elle en face de lui).

Lee Scanlon : Aucun problème.

April : Tant mieux. (Dit-elle soulagé et en souriant). Viens, je vais te faire visiter. (Elle lui montre toute la maison, d’ailleurs, celle-ci est charmante. Elle l’emmène dans le jardin).

Lee Scanlon : Qu’est-ce qu’il y a par là ? (Dit-il en montrant du doigt, un côté de la maison).

April : Oh, il n’y a rien. (Sourit-elle pour faire bonne figure. Mais il sait quelle ment car c’est là ou se trouve la grange à moitié calcinée).

Lee Scanlon :...Ecoute, je suis flic, je sais quand quelqu’un me ment.

April :…Très bien. (Dit-elle à contre cœur. Ils marchent vers la grange et en la voyant, April baisse la tête).

Lee Scanlon : C’est arrivé quand ?

April :…Il y a 4 jours, en pleine nuit…les enfants étaient effrayées, comme les chevaux d’ailleurs…vient voir. (Elle l’amène à l’intérieur, ou les cinq chevaux sont en train de manger. April essaye de s’approcher de l’un d’entre eux). Reste là. (Dit-elle à Lee, alors quelle s’avance). Doucement ma belle…tout doux…tout doux. (L’animal se tient sur ses deux pattes). Doucement, doucement. (Il redescend). C’est bien…là. (Elle arrive enfin à le toucher puis elle le tourne). Regarde. (Le cheval a une partie du corps et de la patte arrière brûlée). J’ai pas réussie à le sortir à temps…j’ai, j’ai pas pue parce-que j’ai due m’occupée de mes quatre autres chevaux toute seule…j’étais, j’étais toute seule. (Dit-elle la gorge nouée, au bord des larmes).

Lee Scanlon : Tu ne l’ai plus maintenant. (Dit-il en s’approchant vers elle mais elle se recule).

April : Excuse moi. (Elle part en courant et en pleure).

Reese : Vous êtes sont petit ami, hein ? (Lee se retourne et découvre l’enfant, les bras croisé, près des portes de la grange).

Lee Scanlon : Ta mère a été claire tout à l’heure il me semble. (Dit-il en s’avançant).

Reese : Répondez. (Lee s’arrête).

Lee Scanlon : Je suis son cousin, ce qui veut dire qu’ont ne peut pas sortir ensemble. Je te demande de me faire confiance.

Reese : Alors là pas question. (Il le regarde et part en courant).

Lee Scanlon :…Je crois que je vais me plaire ici. (A la fin de la journée, April apporte une bière à Lee, qui c’est assis sur les marches du porche Elle a une tasse de café dans les mains). Merci. (Elle s’assoit à ses côtés). C’est agréable ici.

April : Oui, j’adore cet endroit moi aussi…c’est chez moi. (Sourit-elle).

Lee Scanlon :…Pourquoi ils font sa ? (Elle baisse la tête).

April : J’en sais rien…je n’ai jamais sue. (Elle boit une gorgée de café).

Lee Scanlon : En tout cas, tu as un très bon garde du corps. (Elle ne sait pas de quoi il parle). Je parle de Reese…apparemment, personne ne doit t’approchée.

April : Il ne faut pas lui en vouloir…quand son père nous a laissé, il a pris naturellement sa place. J’oublie parfois qu’il n’ai encore qu’un enfant. (Elle esquisse un sourire). Aller, il faut dormir, une longue journée nous attend demain. (Ils se lèvent et vont dans le salon). Le canapé, sa ira ?

Lee Scanlon : Sa ira. (Elle lui donne des oreillers et des couvertures).

April : Bonne nuit. (Dit-elle en montant les escaliers pour accéder à l’étage).

Lee Scanlon : Bonne nuit. (Le lendemain matin, April ouvre les rideaux du salon, ce qui réveille Scanlon. La petite famille est déjà réunit autour de la table, quand il ouvre les yeux).

April : Bonjour.

Lee Scanlon :…Bonjour. (Dit-il à moitié réveiller). Quel heure il est ?

Kristy : Il est 6 heures.

Lee Scanlon : Six heures ?! (Il s’assoit sur le canapé et regarde à travers la fenêtre). Le jour n’ai même pas levé.

Reese : Il va falloir vous habituez. (Il mange une tartine de confiture). C’est comme sa presque tout les matins.

Lee Scanlon : Tous les matins ?! (Il regarde April, celle-ci hausse les épaules en souriant. Au bout de quelques minutes, April et ses enfants ont terminé leur petit déjeuner. Lee s’habille et une fois que c’est fait, tout le monde part dans le jardin. Tout le groupe nettoie la grange et Scanlon, qui est vêtue d’un costume, est vite salie. Le soleil se lève quand ils donnent à manger aux chevaux et une fois que le soleil est plus haut, April lave ses chevaux au jet d’eau, pendant que les enfants sont en train de jouer. Lee balaye le perron et regarde la jeune femme. Soudain, il entend un chien aboyer et celui-ci court en direction des enfants. Lee s’approche d’eux, ainsi qu’April).

Reese : Maman regarde, on dirait Crusty.

April : C’est vrai. (Dit-elle en esquissant un sourire et en caressant l’animal).

Kristy : Ont peut le garder maman ?

April : Kristy. (Elle s’accroupit près de sa fille). Tu sais qu’il n’ai pas à nous ce chien. (La petite baisse la tête et la hoche doucement). Aller retourner jouer les enfants. (Ils ne bougent pas). Aller. (Ils obéissent tristement, alors qu’April se relève).

Lee Scanlon :…Qu’est-ce qui est arrivé à Crusty ?

April :…Kristy la retrouvée pendue un matin. (Elle commence à partir avec le chien).

Lee Scanlon : Où tu va ? (Elle se retourne).

April : C’est le chien des voisins, je vais leur ramener. (Il s’avance).

Lee Scanlon : Laisse. Je vais le faire. (Dit-il en prenant le chien par le collier). Je suis sûr que tu a encore du travail. (Elle le regarde et acquiesce doucement par un hochement de tête. Lee ramène l’animal aux voisins). Bonjour !

Le voisin : Bonjour.

Lee Scanlon : Je vous ramène votre chien. (L’animal court vers son maître).

Le voisin : Oh, il c’est encore sauver…merci.

Lee Scanlon : De rien. (Ils se sourient et il commence à partir).

Le voisin : Dite ? (Lee se retourne). Vous êtes l’inspecteur qui est venue nous interroger l’autre jour ?

Lee Scanlon :…C’est sa. Mais si quelqu’un vous demande si vous avez vue un flic…

Le voisin : Je dirais que je n’ai rien vue.

Lee Scanlon : Bien…il n’y a pas eu d’incident ici ou d’évènement depuis la dernière fois ?

Le voisin : Non rien.

Lee Scanlon : Si sa se produit, vous venez m’en parler.

Le voisin : Comptez sur moi. (Lee repart vers la maison d’April mais il découvre que cinq hommes sont là, en train de lui parler).

Un des hommes : Madame Allen, il me semble que c’est une offre généreuse.

April : Elle est, plus que généreuse.

Le même homme : Alors pourquoi vous ne l’acceptez pas ? (Elle baisse la tête).

Lee Scanlon : Qu’est-ce qui se passe ici ? (Les cinq hommes se retournent). April, qui sont ces hommes ?

Le même homme : Bonjour, je suis Orson Winters, avocat. (Dit-il en lui tendant la main mais Lee attend quelques secondes avant de lui prendre).

Lee Scanlon : Vous venez pour la grange ?

Orson Winters, l’avocat : La grange ? Je, je ne comprends pas ?

Lee Scanlon : Vous êtes venue constater les dégâts ? (Lee sait bien qu’ils ne sont pas venue pour sa).

Orson Winters, l’avocat : Non, non. (Sourit-il). Pardonnez moi mais vous êtes qui ?

Lee Scanlon : Je suis son cousin.

Kristy : Et il est avocat aussi. (Dit-elle derrière les jambes de sa mère).

Orson Winters, l’avocat : Vraiment ?

Lee Scanlon :…Bon, qu’est-ce que vous voulez ?

Orson Winters, l’avocat : J’expliquais à madame Allen, que nous voulions racheter sa maison et...voici l’offre qu’ont lui proposent. (Il tend un bout de papier, ou une somme est écrite dessus).

Lee Scanlon : Sa me semble correct. (L’avocat incline la tête, avec un léger sourire). Est-ce que tu veux vendre ? (Demande t-il à April).

April :…Non.

Orson Winters, l’avocat : Mais vous êtes avocat, vous savez quelle n’aura pas de meilleur offre.

Lee Scanlon : Oui mais elle ne veut pas vendre...désoler. (L’avocat se met en face de Scanlon).

Orson Winters, l’avocat : Je me demande si vous êtes vraiment avocat ?

Lee Scanlon : J’allais vous posez la même question. (L’avocat fait un signe de la tête à ses

hommes, ils commencent à partirent). Je ne savais pas qu’un avocat avait besoin de quatre hommes pour se déplacer. (Orson se retourne).

Orson Winters, l’avocat : J’ai entendu dire qu’il se passait des choses ici...si j’étais vous, je vendrais. (Ils partent).

Lee Scanlon : Tout le monde va bien ?

April :...Oui.

Lee Scanlon :...Bien. (Le soir même, Lee prend une douche et en sortant, il découvre que ses vêtements ont changé. Il s’amène en serviette devant April). Qu’est-ce que c’est que sa ? (Dit-il en tendant une chemise et un jean).

April : Des vêtements.

Lee Scanlon : Sa je le sais bien…où sont mes fringues ? (Elle lui montre ses vêtements, qui sont en train d’être nettoyé dans la machine à laver).

April : Ont est vite salis ici…et puis ces vêtements seront plus pratiquent.

Lee Scanlon :…Vous n’étiez pas obliger de faire sa.

April : Je crois que c’était urgent au contraire…encore 2 jours comme sa et votre costume aurait eu des trous. (Dit-elle en esquissant un sourire).

Lee Scanlon :…Merci.

April : Il n’y a pas de quoi.

Lee Scanlon : Où vous les avez eu ? (Il parle des vêtements).

April :…Ils sont à mon mari.

Lee Scanlon :…Bon je, je ferais mieux de m’habiller. (Deux jours plus tard, alors que la nuit est tombée et que tout le monde dort, le voisin frappe à la porte d’April. Celle-ci et ses enfants descend les escaliers en courant, Lee qui est à moitié réveiller, ouvre la porte).

Le voisin : Vite, il y a le feu !

Reese : Maman. (Dit-il peureux).

April : Reste là chéri et surveille ta sœur. (Dit-elle en refermant son peignoir).

Le voisin : Dépêchez vous !

April : D’accord, ont arrivent.

Lee Scanlon : Non. Toi tu reste là.

April : C’est hors de question. (Ils partent chez leur voisin, ou le feu est en train de ravager une partie de la forêt). Oh mon dieu. (Dit-elle en restant stoïque).

Le voisin : Mes vaches ont peur ! (En effet, elle tourne dans leur enclos).

Lee Scanlon : Aller chercher de l’eau, vite !! (April et son voisin obéissent. Scanlon essaye de calmer les bêtes. Au bout de plusieurs minutes, l’incendie est maîtriser). Est-ce que vous avez vue qui a fait sa ?

Le voisin : Je dormais, c’est mon chien qui ma réveiller.

Lee Scanlon :…Est-ce que sa va aller ? (Le vieil homme baisse la tête et la hoche. Lee et April rentrent à la maison de celle-ci). Comment sa va ?

April :…Sa va. (Dit-elle en croisant les bras). Sa ira mieux une fois que tout sa sera finis. (Lee sait à quel point il est urgent de résoudre ce problème. Il a également compris que sa perturbait April. Le lendemain matin, Lee se réveille à l’aube, il est le seul d’ailleurs. Il va voir Reese dans sa chambre).

Lee Scanlon : Reese. (Il le secoue doucement mais il ne se réveille pas). Hé, Reese.

Reese : Hum ?...Quoi ? (Dit-il à moitié réveiller). Où est maman ?

Lee Scanlon : Chut. (Dit-il en mettant son doigt sur sa bouche). Ta mère dort encore…la nuit a été agitée, tu te souviens ? (Murmure t-il).

Reese : Oui.

Lee Scanlon : Aller, va réveiller ta sœur…ont va laisser ta mère se reposer.

Reese : D’accord. (Le trio s’occupe du travail à faire. Alors que la matinée se déroule calmement et que April dort encore, le facteur apporte du courrier.


Lee333  (07.10.2011 à 18:35)

Lee s’avance vers lui mais Reese l’interpelle). C’est maman qui prend le courrier. (Lee se retourne). C’est toujours elle qui va le chercher. (Lee fait une drôle de tête en entendant cela).

Lee Scanlon :...Oui mais là, elle dort...reste là, je reviens tout de suite. (Le facteur lui donne quelques lettres et il y en a une qui attire son attention. Il l’ouvre et la lie). Reese. (Dit-il pour l’interpeller et sa marche car il se retourne). J’ai soif, je reviens d’accord ? (Il hoche la tête, alors que Lee lui a menti. Il entre dans la maison et se met à fouiller dans certain tiroir. Au bout de quelques minutes, April descend les escaliers).

April : Bonjour. (Dit-elle à Lee mais elle découvre une pile de courrier sur la table).

Lee Scanlon :…Tu n’as rien à me dire ? (Elle a le regard trouble).

April : Tu a fouillé dans mes affaires ?

Lee Scanlon : Oui et j’ai bien fait…tu comptais m’en parler ? (Voyant la tête quelle fait, il comprend que non). Je crois que j’ai ma réponse.

April : Crois moi, ces lettres non aucune importance… (Il se lève de sa chaise).

Lee Scanlon : Tu reçois des lettres de menace et sa n’a aucune importance !...Tu es la seule à en recevoir ! Comment veux tu que je t’aide, toi et les enfants, si tu ne me dis rien ! (Elle baisse la tête).

April :…Désolée.

Lee Scanlon :…Je ne veux plus de cachotterie.

April :…D’accord.

Lee Scanlon :…Bien. (Il part dehors. Ils ne se parleront plus jusqu’au lendemain. D’ailleurs, Scanlon essaye d’avoir une discussion avec Reese sur les marches de la maison, lors de l’après-midi). Dit moi quoi faire pour aider ta mère. (Mais le petit ne répond pas). Ecoute, je sais que ton père ta déçus et je sais à quel point sa a affecter ta mère…elle a due mal à avoir confiance en moi.

Reese : Ce n’ai pas mon problème. (Il se lève des marches).

Lee Scanlon : Mais qu’est-ce que j’ai fait ? (Il se retourne).

Reese : Je ne vous dirais pas comment l’aider et vous savez pourquoi ?

Lee Scanlon : Non ! (Dit-il exaspérer).

Reese : Parce qu’une fois que vous l’aurez fait, vous partirez…c’est pas vrai ? (Lee ne sait pas quoi répondre car il sait que le petit a raison et Reese la bien compris. Il part, alors que Lee baisse la tête).

Kristy : La grange. (Lee relève la tête et découvre la petite fille devant lui, son pouce dans la bouche).

Lee Scanlon : Quoi ?! (Il ne voit pas de quoi elle parle).

Kristy :...Il faut la réparée. (Elle le regarde et part. Le lendemain, April sort de sa douche. Alors quelle s’essuie les cheveux avec une serviette, elle regarde à travers la fenêtre. Elle voit Lee, portant des planches de bois. Elle descend le rejoindre aussi vite quelle peut).

April : Qu’est-ce que tu fais ? (Il est accroupit, en train de regarder un pant de mur de la grange).

Lee Scanlon : La grange a besoin d’être réparée…alors je m’en occupe.

April :...T’ai pas obligé de faire sa. (Il se retourne et se lève).

Lee Scanlon :...Je t’ai dit que j’allais t’aider...tu te souviens ? (Puis il se met au travail, alors quelle esquisse un léger sourire. Lee se rapproche de la famille, il aide à laver les chevaux, tout en arrosant le trio. Il aide à faire les repas, à coucher les enfants et à retaper la grange. April apprécie ses efforts et un amour naissant se ressent entre eux, sans qu’ils se l’avouent. Un jour, April va chercher son courrier mais un homme arrive derrière elle).

L’homme :…Salut April. (Elle se retourne doucement).

April : Qu’est-ce que tu fais ici ? (Demande t-elle sèchement).

L’homme : Je viens voir comment tu va.

April : Au bout de 8 ans ?

L’homme : Je sais, j’aurais due… (Il s’arrête de parler quand il découvre ses enfants au loin). Ils ont grandis. (Il la regarde et s’avance vers eux).

April : Casey, non. (Il court presque les rejoindre mais elle le suit de près). Casey arrête. (Murmure t-elle mais les enfants arrête de jouer quand il est en face d’eux. Il s’accroupit).

Casey :…Bonjour les enfants. Comment sa va ? (Lee qui n’entend plus les rires des enfants, s’arrête de travailler à la grange. Il va voir ce qui se passe puis il voit Casey, serrer ses enfants dans ses bras).

April : Casey lâche les. (Mais il n’obéit pas). Lâche les, tu leur fais peur. (Elle lui arrache les enfants des bras mais il se relève).

Casey : Comment ils pourraient avoir peur de moi ? Hein ? Comment ils pourraient avoir peur de leur père ?!...Je suis sûr que tu leur a mis des idées en tête !

April : Ils ne te connaissent pas, tu es un étranger pour eux !

Casey : Un étranger ?...Un étranger ?!!

Lee Scanlon : Tout va bien ? (Tout le monde le regarde).

April : Oui, sa va.

Casey : T’ai qui toi ?!

Lee Scanlon : Son cousin.

Casey : Ton cousin ?! (Demande t-il à April). C’est quoi cette connerie ?!

April : C’est pas une connerie…tu l’aurais sue si tu étais rester.

Casey : Oui mais là, je suis revenue...et je ne compte pas repartir. (Lee s’avance mais April lui fait signe de ne pas intervenir. Il obéit à contre cœur).

April : Viens, ont va discuter. (Elle entraîne son mari dans la maison et parlent pendant une heure. Lee s’occupe de la grange, avec les enfants mais April sort de la maison, seule. Elle s’approche de Lee). Vous pouvez aller jouer les enfants. (Ils ne bougent pas). S’il vous plaît. (Mais ils ne font toujours rien).

Lee Scanlon : Obéissez à votre mère les enfants…allez. (Ils obéissent et Scanlon se lève pour se mettre en face d’elle).

April :…Voilà, ont a bien discuter et…il va rester.

Lee Scanlon : Pour t’abandonner encore une fois ?

April : Arrête. (Dit-elle en baisant la tête). C’est leur père.

Lee Scanlon : Leur père ?!

April : Oui, leur père !

Lee Scanlon : Il ne mérite même pas d’être appeler comme sa.

April : Tu n’as pas ton mot à dire.

Lee Scanlon : Ah tu crois ?

April : Oui. (Il lui prend le visage et l’embrasse. Mais elle lui prend ses mains et les retirent). Il est leur père et…je suis encore sa femme…je dois faire un essais. (Il baisse la tête et acquiesce par des hochements de tête). Je regrette. (Dit-elle à contre cœur puis elle part).

Lee Scanlon :…Je vais rester…pour terminer le travail. (Elle s’arrête en entendant cela).

April : Je n’y vois aucun inconvénient. (Dit-elle dos à lui puis elle rentre à la maison. Lee reprend le travail sur la grange même si le cœur n’y ai plus mais Reese arrive derrière lui).

Reese : Tu peux pas faire sa.

Lee Scanlon : Faire quoi ? (Dit-il dos à lui).

Reese : Tu ne peux pas le laisser revenir.

Lee Scanlon : Ecoute Reese, je, je n’ai pas mon mot à dire là-dedans…ce ne sont pas mes affaires…

Reese : Si, sa te concerne. (Lee se retourne).

Lee Scanlon :...Pourquoi tu me dis sa ? Si je me souviens bien, tu ne m’aimais pas beaucoup. (Le petit baisse la tête).

Reese :…Je l’ai vue sourire.

Lee Scanlon : Qui ? Ta mère ?!

Reese : Oui.

Lee Scanlon : Mais elle sourit tout le temps.

Reese : Elle sourit pour nous rassurez…mais là elle est vraiment heureuse.

Kristy :…C’est vrai. (Dit-elle alors quelle vient d’arrivée).

Lee Scanlon :…Si j’ai bien compris, vous voulez que je sorte avec votre mère ? (Les deux enfants hochent la tête). Sa veut dire que j’ai votre soutient ?...A tout les deux ? (Ils hochent de nouveaux la tête puis kristy s’avance et l’embrasse sur la joue).

Kristy : Tu peux comptez sur nous.

Lee Scanlon :…C’est gentil. (Malheureusement pour Lee, Casey reste 3 jours. D’ailleurs lors d’un après-midi, celui-ci prend sa voiture et part. April en profite pour prendre une douche mais Lee entre dans la pièce). Il faut que je te parle.

April : Lee, je suis sous la douche là…est-ce que sa peut attendre ? (Dit-elle tristement, cachée par le rideau de douche).

Lee Scanlon : Non sa ne peut pas ! (Il fait les cents pas)…J’aime cette maison, j’aime cet endroit, j’aime tes enfants…

April : Lee.

Lee Scanlon : Et je t’aime…je t’aime. Et je ne supporte pas de te voir avec ce type…

April : Lee. (Dit-elle pour qu’il arrête).

Lee Scanlon : Je te rendrais heureuse, je ferais en sorte que…

April : Il est partit.

Lee Scanlon :...Oh. Mais il ne leur a même pas dit au revoir.

April :...Je sais. (Dit-elle au bord des larmes). Et je sais aussi que je t’ai fait du mal et…si tu savais comme je regrette. (Elle pleure mais il ouvre le rideau et monte dans la douche. Puis il lui prend le visage).

Lee Scanlon : Ne pleure pas. (Il l’embrasse et il met sont front contre le sien. Il est tout habillé mais il est trempé).

April : Je me demandais comment j’allais faire pour te récupérer.

Lee Scanlon : Ne cherche plus. (Ils s’embrassent, elle le déshabille et ils coucheront ensemble. Les jours passent et elle reçoit toujours autant de lettre de menace et de visite inattendu. Des animaux son retrouver mort mais un après-midi, alors que Scanlon répare toujours la grange et que April et les enfants sont partis faire des courses, une dizaine d’hommes l’encerclent sans qu’il ne s’en rende compte).

Un des hommes : Encore toi. (Lee se retourne et découvre que celui qui vient de parler, avait été emprisonné il y a quelques semaines). Tu étais là quand ils m’ont emmener en prison…attraper le. (Ils obéissent, alors qu’il se débat).

Lee Scanlon : Qu’est-ce que vous voulez ?

Un autre homme : Que tu parte.

Lee Scanlon : C’est drôle parce-que je n’ai pas envie de partir. (Ils lui donnent des coups de poing dans le ventre).

Le même homme : Ont va t’aider. (Ils lui redonnent des coups de poing, alors qu’ils le maintiennent. Au bout d’un moment, il le relâche et celui-ci tombe sur le sol). Emmène ta petite famille et partez loin…j’espère que tu as compris ?…Mais je te préviens, si ont te revoient encore ici, ont reviendra et là, ont sera beaucoup moins gentil. (Ils commencent à partir mais l’un d’eux se retourne).

Un des hommes : Oh et un conseil, n’appelle pas les flics. (Puis ils partent. Une demie heure plus tard, April arrive en voiture avec les enfants. Tout se petit monde descend du véhicule, le sourire aux lèvres).

April : Doucement avec les course les enfants. (Ils prennent les courses).

Kristy :...Où est Lee ?

April : J’en sais rien, il doit sûrement s’occuper de la grange.

Reese : Mais il nous a toujours aider.

April :...Tu as raison...emmener déjà sa, je vais le chercher. (Elle fait le tour de la maison et elle le découvre, allonger sur le sol). Lee ! (Elle court vers lui et s’assoit à ses côtés). Au mon dieu. (Dit-elle en pleure et en mettant ses mains sur sa bouche). Lee. (Dit-elle en le secouant mais il ne se réveille pas). Lee…je t’en prie…je t’en prie…

Lee Scanlon :…Oh… (Il a mal mais elle l’embrasse sur la joue. Puis elle s’approche de son oreille).

April :…Je t’aime. (Murmure t-elle en pleure, tout en lui caressant le front. Mais les enfants courent vers eux et ils s’agenouillent près de lui).

Kristy : Lee. (Elle se met à pleurer et Reese aussi).

April : Sa va aller…sa va aller. (Dit-elle en caressant leur tête).

Lee Scanlon :…Je vous aime moi aussi. (Les enfants s’agrippent à lui). Doucement. (Au bout de quelques minutes, ils le transportent dans la maison. April s’occupe de lui et le soigne).

April : Mais qu’est-ce qui c’est passé ? (Demande t-elle en tamponnant un linge mouillé sur les blessures de Scanlon, alors qu’il est allongé dans un lit).

Lee Scanlon :…J’étais en train de réparer la grange quand, quand un type ma interpeller. Je me suis retourné…ils étaient dix…j’ai rien pue faire…

April : Chut. (Dit-elle pour le rassurer puis elle l’embrasse). Tu a eu de la chance…tu a vraiment eu de la chance. (Il pose sa main sur la sienne).

Lee Scanlon :…Ils m’ont dis qu’ont devaient partir. (Elle baisse la tête). Tu sais quelque chose, n’ai ce pas ? (Elle le regarde, les larmes aux yeux).

April :...Ils veulent qu’ont partent pour…pour construire plusieurs magasins.

Lee Scanlon : Oh. (Soupire t-il).

April : Si je t’ai rien dit, c’est parce-que j’avais peur de ta réaction. (Elle pleure).

Lee Scanlon : Chut…viens là. (Elle se met contre lui). Personne ne te fera de mal…ni à toi, ni aux enfants…je te le promets.

April : Je suis tellement fatiguée.

Lee Scanlon : Chut. (Il l’embrasse sur le front). Sa va aller, chut. (Au bout de quelques jours, une fois que ses blessures ont guéris, il part. April qui dort encore, se réveille au bout de quelques secondes. Elle découvre un mot sur son lit, quelle lie à voix haute).

April :…C’est devenu une affaire personnelle. (Lee est dans le bureau de Devalos).

Manuel Devalos : Quoi ?!

Lee Scanlon : Ta très bien compris Many, je démissionne. (Manuel se lève de sa chaise).

Manuel Devalos : Ont peut en discuter une seconde. (Il met ses mains sur chaque épaule de Scanlon. Celui-ci le regarde puis il pose sa plaque et son arme sur le bureau, sans dire un mot. Puis il part). Lee. (Dit-il pour l’arrêter). Lee ! (Mais rien n’y fait, il est partit. Manuel se rassoit sur sa chaise, en ne sachant pas quoi faire. Pendant ce temps, Kristy et son frère sont en train de jouer).

Reese : Tu ne m’attraperas pas. (Dit-il en esquivant sa sœur).

Un homme : Ont parient. (Les deux enfants se retournent et regardent leur interlocuteur).

Reese : Court Kristy ! (Elle part se réfugiée aussi vite quelle peut et lui aussi).

Le même homme : Viens par là toi. (Il réussit à attraper Reese).

Reese : Lâchez moi ! (Il se débat).

Le même homme : La ferme ! (Au même moment, deux hommes défoncent la porte de la maison d’un coup de pied. April hurle, ils l’attrapent par les cheveux).

April : Non !! (Ils la giflent).

Un des deux hommes : Tu te tais. (Un homme arrive, avec Reese dans ses bras).

April : Ne touchez pas à mes enfants !! (Elle se lève et court pour arracher son fils. Mais elle

est vite remise à sa place par une claque).

Reese : Touchez pas à ma mère !!

Un des deux hommes : Tu va te taire ! (Soudain, un homme arrive sur le pas de la porte).

L’homme : Sa suffit !!! (Il s’avance vers April, a moitié sonnée par le coup quelle a reçue et allongée sur le sol. Il s’accroupit près d’elle). Ont ne c’est pas présenter, je suis Franklin Hill…promoteur immobilier…et je compte bien m’approprier votre maison. (Sourit-il mais un des ses hommes de main arrive).

Un des hommes : Ont arrivent pas à trouver la gamine.

Franklin Hill : Et bien chercher ! Elle ne doit pas être loin. (Kristy c’est réfugier dans la grange, près des chevaux. Elle pleure en silence mais Lee arrive discrètement vers elle).

Lee Scanlon : Chut. (Il la prend dans ses bras). Ne bouge pas de là. (Murmure t-il). Je vais revenir mais quoiqu’il arrive, tu reste là. D’accord ? (Elle acquiesce par des hochements de tête. Il sort de la grange et avance discrètement vers la maison. Mais il sent une arme pointer sur sa nuque).

Un des hommes : Ont t’avaient dit de partir…tu va peut être regretter de ne pas l’avoir fait. Aller avance. (Dit-il en le poussant mais Lee fait une manœuvre et le désarme).

Lee Scanlon : Ne bouge pas…ont va avancer doucement jusqu’à la maison. (Mais un autre homme qui était derrière lui, lui tire une balle dans la jambe). Ah !! (Il a mal et se penche puis il est vite désarmer. Ils lui donnent des coups de poings et des coups de pieds. Au même moment, Allison entre dans le bureau de Devalos).

Allison Dubois : Puis-je vous parlez monsieur ? (Demande t-elle affolée).

Manuel Devalos : Je regrette mais je ne suis pas d’humeur Allison, j’ai un problème à régler et…

Allison Dubois : A propos de l’inspecteur Scanlon. (Affirme t-elle).

Manuel Devalos : Oui, comment le savez vous ?

Allison Dubois : Sa va peut être vous surprendre mais j’ai fait un rêve cette nuit et tout ce que je peux vous dire, c’est qu’ont a pas beaucoup de temps. (Pendant ce temps, Lee est traîner par deux hommes jusqu’au salon).

April : Oh mon dieu, Lee. (Dit-elle en pleure, alors qu’il est près d’elle, allongé sur le sol et bien amocher).

Franklin Hill :…Où est la petite ? (Demande t-il à April mais elle ne dit rien, au lieu de sa, elle sert fort son fils dans les bras). Ne me faite pas répéter la question.

April : J’en sais rien…j’en sais rien. (Dit-elle la gorge nouée).

Franklin Hill : Vous n’en savez rien ? (Il tourne en rond). Vous n’en savez rien ?!!...Je suis sûr que lui il le sait. (Il s’approche et prend Lee par les cheveux, qui est obliger de relever la tête). Hein que tu le sais ?

Lee Scanlon :…Va te faire foutre. (Son œil gauche est fermé, gonfler et du sang coule le long de sa joue. Franklin le relâche).

Franklin Hill : Dite donc, c’est du bon boulot que tu a fait sur cette grange…c’est vrai, on dirait quelle est toute neuve…elle a juste besoin d’un coup de peinture…pas vrai les gars ?

Lee Scanlon : Qu’est-ce que vous allez faire ? (Demande t-il un peut effrayer).

Franklin Hill : Aidez le à se relever. (Dit-il à ses hommes, qui obéissent). Amener toute la petite famille dehors. (Ce qu’ils font mais ils continuent à les maintenir. Lee s’aperçoit que d’autre homme asperge la grange d’essence). Tu a vraiment fait du bon boulot…tout sa pour rien. (Il leur fait signe, l’un d’eux allume une allumette).

Lee Scanlon : Non attendez ! (Il essaye de se débattre et il est au bord des larmes. Mais un homme balance l’allumette et met le feu à la grange, April et Reese sont en pleure, alors que les chevaux s’échappent). Non !! (Il réussit à frapper les deux hommes qui le maintenaient puis il met au sol Franklin et l’étrangle. Mais d’autre homme de main arrivent pour aider leur chef, Lee est dans une telle colère, une telle rage, qu’il réussit à les mettre tous hors est vite remise à sa place par une claque).

Reese : Touchez pas à ma mère !!

Un des deux hommes : Tu va te taire ! (Soudain, un homme arrive sur le pas de la porte).

L’homme : Sa suffit !!! (Il s’avance vers April, a moitié sonnée par le coup quelle a reçue et allongée sur le sol. Il s’accroupit près d’elle). Ont ne c’est pas présenter, je suis Franklin Hill…promoteur immobilier…et je compte bien m’approprier votre maison. (Sourit-il mais un des ses hommes de main arrive).

Un des hommes : Ont arrivent pas à trouver la gamine.

Franklin Hill : Et bien chercher ! Elle ne doit pas être loin. (Kristy c’est réfugier dans la grange, près des chevaux. Elle pleure en silence mais Lee arrive discrètement vers elle).

Lee Scanlon : Chut. (Il la prend dans ses bras). Ne bouge pas de là. (Murmure t-il). Je vais revenir mais quoiqu’il arrive, tu reste là. D’accord ? (Elle acquiesce par des hochements de tête. Il sort de la grange et avance discrètement vers la maison. Mais il sent une arme pointer sur sa nuque).

Un des hommes : Ont t’avaient dit de partir…tu va peut être regretter de ne pas l’avoir fait. Aller avance. (Dit-il en le poussant mais Lee fait une manœuvre et le désarme).

Lee Scanlon : Ne bouge pas…ont va avancer doucement jusqu’à la maison. (Mais un autre homme qui était derrière lui, lui tire une balle dans la jambe). Ah !! (Il a mal et se penche puis il est vite désarmer. Ils lui donnent des coups de poings et des coups de pieds. Au même moment, Allison entre dans le bureau de Devalos).

Allison Dubois : Puis-je vous parlez monsieur ? (Demande t-elle affolée).

Manuel Devalos : Je regrette mais je ne suis pas d’humeur Allison, j’ai un problème à régler et…

Allison Dubois : A propos de l’inspecteur Scanlon. (Affirme t-elle).

Manuel Devalos : Oui, comment le savez vous ?

Allison Dubois : Sa va peut être vous surprendre mais j’ai fait un rêve cette nuit et tout ce que je peux vous dire, c’est qu’ont a pas beaucoup de temps. (Pendant ce temps, Lee est traîner par deux hommes jusqu’au salon).

April : Oh mon dieu, Lee. (Dit-elle en pleure, alors qu’il est près d’elle, allongé sur le sol et bien amocher).

Franklin Hill :…Où est la petite ? (Demande t-il à April mais elle ne dit rien, au lieu de sa, elle sert fort son fils dans les bras). Ne me faite pas répéter la question.

April : J’en sais rien…j’en sais rien. (Dit-elle la gorge nouée).

Franklin Hill : Vous n’en savez rien ? (Il tourne en rond). Vous n’en savez rien ?!!...Je suis sûr que lui il le sait. (Il s’approche et prend Lee par les cheveux, qui est obliger de relever la tête). Hein que tu le sais ?

Lee Scanlon :…Va te faire foutre. (Son œil gauche est fermé, gonfler et du sang coule le long de sa joue. Franklin le relâche).

Franklin Hill : Dite donc, c’est du bon boulot que tu a fait sur cette grange…c’est vrai, on dirait quelle est toute neuve…elle a juste besoin d’un coup de peinture…pas vrai les gars ?

Lee Scanlon : Qu’est-ce que vous allez faire ? (Demande t-il un peut effrayer).

Franklin Hill : Aidez le à se relever. (Dit-il à ses hommes, qui obéissent). Amener toute la petite famille dehors. (Ce qu’ils font mais ils continuent à les maintenir. Lee s’aperçoit que d’autre homme asperge la grange d’essence). Tu a vraiment fait du bon boulot…tout sa pour rien. (Il leur fait signe, l’un d’eux allume une allumette).

Lee Scanlon : Non attendez ! (Il essaye de se débattre et il est au bord des larmes. Mais un homme balance l’allumette et met le feu à la grange, April et Reese sont en pleure, alors que les chevaux s’échappent). Non !! (Il réussit à frapper les deux hommes qui le maintenaient puis il met au sol Franklin et l’étrangle. Mais d’autre homme de main arrivent pour aider leur chef, Lee est dans une telle colère, une telle rage, qu’il réussit à les mettre tous hors circuit. Il regarde la grange en feu, les larmes aux yeux). Kristy. (Dit-il doucement puis il va vers la maison en boitant mais avec hargne).

April : Lee, qu’est-ce que tu fais ?!! (Hurle t-elle pour qu’il l’entende, alors quelle ne bouge pas. Lee ressort de la maison, un fusil à la main puis il s’avance vers Franklin et pointe l’arme sur lui). Lee, non !! (Hurle t-elle en pleure, alors que Franklin est à moitié conscient). Ne fais pas sa…ne fais pas sa ! (Dit-elle en le secouant).

Lee Scanlon : Il a tué Kristy !! (Dit-il en se retournant vers elle et en gesticulant les bras).

April : Quoi ?! (Demande t-elle en pleure).

Lee Scanlon :...Il a tué ta fille. (Elle le regarde et s’agenouille, elle est ailleurs. Scanlon repointe son arme sur lui). Il mérite de mourir. (Soudain, il entend des sirènes et des voitures de police. Des agents sortent de leur véhicule et se cachent derrière leur portière).

Un des policiers : Les mains en l’air !! (Hurle t-il pour qu’il l’entende mais Lee ne bouge pas. Mais Devalos et Allison sortent également d’une voiture, ils arrivent en courant).

Manuel Devalos : Ne tirez pas !! (Dit-il au policier). Ne tirez pas, c’est un inspecteur de police. (Il ne leur dit pas qu’il a démissionné il y a quelques heures de sa. Lee la entendu, il lâche son arme et la jette par terre. Les policiers arrêtent les malfaiteurs et soudain, Kristy arrive en courant).

Kristy : Lee ! (Dit-elle en pleure).

Lee Scanlon : Kristy. (Elle va directement dans ses bras, alors qu’il verse une larme).

Kristy : Je me suis cachée dans ta voiture, je t’ai pas obéit.

Lee Scanlon : C’est rien ma puce…tout est pardonné. (Il regarde April et elle le prend dans ses bras, ils pleurent tout les deux et les enfants sont près d’eux. Puis ils s’embrassent).

April : Je t’aime.

Lee Scanlon : Moi aussi, je t’aime. (Quelques jours plus tard, Lee et Allison sont dans le bureau de Manuel).

Manuel Devalos : C’est officiel Lee, tu es rétablit dans tes fonctions. (Il lui redonne sa plaque).

Allison Dubois : Comment va votre œil ?

Lee Scanlon : Sa va, je vous remercie.

Manuel Devalos : Et ta jambe ?

Lee Scanlon : Sa va aussi.

Allison Dubois : Bon et ne faite plus de folie, d’accord ?

Lee Scanlon : C’est promit…je vous laisse, il faut que je rentre chez moi.

Manuel Devalos : Tu as raison, va te reposer. (Il commence à partir).

Allison Dubois : Hé, Lee. (Il se retourne). Vous aviez raison, c’est vous le numéro un. (Il esquisse un sourire et part. Toute la petite famille l’attend dehors, il arrive et sort du véhicule. Il boite mais il sourit tout en tenant un gros paquet).

April : Salut.

Lee Scanlon : Salut. (Il l’embrasse).

Reese : Qu’est-ce que c’est ? (Il parle de la boîte).

Lee Scanlon : C’est un cadeau…tenez. (Il le donne aux enfants). Vous pouvez l’ouvrir. (April ne sais pas ce que c’est. Les deux enfants arrachent le papier et l’ouvre. Ils découvrent un petit chien).

Kristy : Ont peut le garder maman ? (April regarde Lee).

April :…Bien sûr. (Puis ils rentrent tout les cinq à la maison, le sourire aux lèvres).

FIN


Lee333  (07.10.2011 à 18:45)

Ne manque pas...

Le quartier 13 Reasons Why est ouvert sur Hypnoweb !
Nouveau quartier ! | 13 Reasons Why

Le quartier The Bold Type est ouvert sur Hypnoweb !
Nouveau quartier ! | The Bold Type

Découvre le 10ème numéro de notre magazine HypnoMag avec une interview exclusive de l'actrice Lisa O'Hare.
HypnoMag | Découvre le numéro 10 !

Activité récente
Actualités
Golden Globes 2019 : Patricia Arquette récompensée

Golden Globes 2019 : Patricia Arquette récompensée
A l'occasion de la 76eme cérémonie des Golden Globes qui s'est tenue hier soir, le 6 janvier 2019, à...

Sofia Vassilieva - Un rôle dans Black Lightning

Sofia Vassilieva - Un rôle dans Black Lightning
Sofia Vassilieva vient d'être castée pour la saison 2 de Black Lightning. Elle jouera le rôle de...

Patricia Arquette dans une nouvelle série

Patricia Arquette dans une nouvelle série
Patricia Arquette vient d'être annoncée au casting de la nouvelle série d'anthologie de Hulu: The...

On recrute !

On recrute !
Après de nombreuses années au service de la série, stella5 a décidé de quitter son poste d'AP. Nous...

Patricia Arquette dans Closer

Patricia Arquette dans Closer
À l'occassion des 50 ans de l'actrice Patricia Arquette, le magazine Closer a réalisé un article sur...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

quimper, Hier à 22:24

Le quartier Rizzoli & Isles vous propose de désigner le meilleur épisode de la seconde partie de la saison 3.

quimper, Hier à 22:26

N'hésitez donc pas à passer dans le Survivor pour cela.

mnoandco, Aujourd'hui à 07:58

Le concours wallpapers New Amsterdam/Doctor Who est toujours en cours et attends vos créations...

mnoandco, Aujourd'hui à 07:59

vous avez jusqu'au 31 juillet pour les envoyer. Merci

chrismaz66, Aujourd'hui à 11:42

Nouvelle PDM chez Torchwood, inutile de connaître la série, votez pour la photo d'équipe la plus yeah ^^

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site